Bashung, Alain

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1947-2009)

Né à Paris, Alain Bashung passe une partie de son enfance en Alsace. Adolescent, il découvre le rock avec Buddy Holly, Gene Vincent ou Eddie Cochran et commence à jouer de la guitare. Il débute sa carrière musicale en faisant des tournées dans les bases américaines. En 1966, il est arrangeur chez RCA. Il sort une dizaine de 45 tours passés inaperçus, participe en 1973 à la comédie musicale La Révolution Française (aux côtés des Martin Circus et de Daniel Balavoine), dans laquelle il interprète Robespierre, et travaille pour Dick Rivers en tant que producteur, manager et musicien.

La route est longue avant d'atteindre la notoriété. Enfin, en 1977, il sort un premier album, Romans photos, avec le parolier Boris Bergman, maître des jeux de mots et associations d'idées. Cette rencontre est décisive dans sa carrière. Au tournant des années 1980, Alain Bashung passe sur le devant de la scène, grâce à des titres comme "Bijou Bijou", "Toujours sur la ligne blanche", et surtout les tubes "Gaby oh Gaby" (1980) vendu à plus d'un million d'exemplaires, et "Vertige de l'amour" (1981).

En 1982, sort Play Blessures avec Serge Gainsbourg ("C'est comment qu'on freine"), suivi d'une collaboration avec le parolier Pascal Jacquemin ("What's in a Bird"). Une écriture originale, une voix rauque, un univers troublant et décalé, une présence charismatique : Bashung impose son style, et renouvelle le rock français. En 1986, Passé le Rio Grande ("L'Arrivée du tour", "SOS Amor"), reçoit le prix du meilleur album aux Victoires de la Musique. En 1989, Novice, un disque sombre et cérébral, voit le début de sa collaboration avec l'auteur Jean Fauque.

L'album sorti en 1991, Osez Joséphine, est moins dérangeant, moins âpre, que les précédents. Les chansons écrites par Pierre Fauque et Pierre Grillet sont d'une grande finesse : "Madame rêve", "Volute", "J'écume", "Happe", et "Osez Joséphine", dont le clip est réalisé par Jean-Baptiste Mondino, devient un tube. Vendu à plus de 350 000 exemplaires, Osez Joséphine, permet à Alain Bashung de recevoir trois Victoires de la Musique, dont celles de l'artiste et chanteur de l'année. Le disque contient par ailleurs les reprises de "Night in White Satin" (Moody Blues) et de "She Belongs to me" (Bob Dylan). Alain Bashung a également repris "Les Mots bleus" de Christophe, et "Hey Joe" de Jimi Hendrix, quelques années après Johnny Hallyday. Chatterton en 1994, contient le tube "Ma petite entreprise".

Sorti en 1998, Fantaisie Militaire, bénéficie de la collaboration des Valentins et de Rodolphe Burger, chanteur et compositeur du groupe Kat Onoma. Le clip de "La Nuit je mens", réalisé par Jacques Audiard reçoit une Victoire de la Musique. Depuis 1983, Alain Bashung se consacre également à sa carrière de comédien. A la fin de l'année 1994, il s'envole ainsi en Chine pour tourner, Ma Sœur Chinoise, d'Alain Mazars.

En octobre 2002, à près de 55 ans il publie L'Imprudence, nouvel opus de 13 titres, sombre et audacieux. On y retrouve, entre autres, les guitaristes Marc Ribot et Arto Lindsay, le pianiste Steve Nieve et le parolier Jean Fauque. Alain Bashung met en musique un poème de Robert Desnos et un texte de Miossec. Il part ensuite en tournée, passant notamment au Bataclan à Paris. En 2004, suite à cette série de concerts paraît La tournée des grands espaces, double cd en public. En juin 2006, il bénéficie d'une carte blanche à la Cité de la musique de Paris. Il y invite, entre autres, Dominique A, Christophe, Arto Lindsay et Rodolphe Burger...

Fin mars 2008, il revient avec un nouvel album, Bleu pétrole ("Résidents de la République", "Sur un trapèze", "Comme un lego"...). Pour cet opus, il collabore avec Gaëtan Roussel de Louise Attaque, Gérard Manset, Arman Méliès, Joseph d'Anvers. Il reprend "Il voyage en solitaire" de Gérard Manset et l'adaptation de "Suzanne" de Leonard Cohen par Graeme Allwright. En juin suivant il entame une tournée, qui passe par l'Olympia, Les Francofolies de La Rochelle, l'Elysée-Montmartre... En février 2009, il reçoit trois Victoires de la Musique (meilleur interprète masculin, meilleur album et meilleur spectacle). Atteint d'un cancer du poumon, Alain Bashung décède le 14 mars 2009.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM