Béart, Guy

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1930-2015) - Auteur, Compositeur, Interprète

Guy Béart (Guy Béhar) est né au Caire, en Egypte, le 16 juillet 1930. Fils d'un expert-comptable qui participe à la création d'entreprises, il ne cesse durant son enfance de déménager autour de la méditerranée et ailleurs. La famille vit ainsi en Egypte, en France, en Grèce, au Mexique puis se fixe au Liban pendant sept ans. Guy Béart y séjourne entre l'âge de 10 et de 17 ans. Il apprend le violon et chante dans des chorales.

En arrivant à Paris en 1947, il rentre à l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées tout en continuant la musique et en écrivant ses premières chansons. Diplômé, il hésite au début des années 1950 entre la carrière de chanteur et celle d'ingénieur.

La disparition de son père, en 1952, le contraint à travailler pour sa famille. Cela ne l'empêche pas, dès 1954, de passer en spectacle le soir dans les cabarets parisiens, notamment à La Colombe, où Jacques Canetti, alors directeur artistique chez Philips, le remarque. Ce dernier le fait chanter dans son fameux cabaret Les Trois Baudets avant de prendre en main sa carrière. Guy Béart éprouve quelques difficultés face au public, mais son talent d'auteur-compositeur est rapidement apprécié. Patachou interprète son "Bal chez Temporel", sur des paroles du poète André Hardellet, Zizi Jeanmaire "Il y a plus d'un an" et "Je suis la femme" et Juliette Gréco son titre "Qu'on est bien".

En 1957, Jacques Canetti lui fait enregistrer son premier disque "Guy Béart chante avec ses amis", dont la direction artistique est confiée à Boris Vian. Le disque reçoit l'année suivante le Grand Prix de l'Académie Charles Cros. En 1958, Guy Béart passe pour la première fois à l'Olympia en première partie de Katarina Valente. Il écrit la musique du film "L'Eau vive". Ce titre devient un des classiques de la chanson et Béart une vedette du jour au lendemain.

Avec l'arrivée du twist et de la vague yé-yé, Guy Béart , selon sa propre expression, est mis au rencart. A trente-deux ans, il se retrouve sans maison de disques. En 1963, il créé son propre label, APAM (Auto-production des artistes du micro). Sa fille Emmanuelle, qui durant les années 1980 deviendra une des actrices françaises les plus connues dans le monde, naît en 1965.

En 1966, il commence à animer une émission de télévision bientôt considérée comme une référence, "Bienvenue", dans laquelle il reçoit des artistes. S'y croiseront, entre autres, jusqu'en 1970, Aragon, Michel Simon, Michel Polnareff, Yves Montand, Georges Brassens ou encore Simon and Garfunkel. Le public oublie peu à peu le chanteur. Pourtant en 1966, Béart sort un album de vieilles chansons traditionnelles françaises, "Vive la rose" et l'année suivante "Guy Béart chante l'espace". En 1968, il enregistre "Le grand chambardement". Durant les années 1970, il ne sort pas moins de huit disques.

Au début des années 1980, de graves ennuis de santé l'obligent à se retirer. En 1986, le disque "Demain je recommence" parait. L'année suivante il évoque ouvertement sa maladie dans son livre "L'espérance folle" et se produit à l'Olympia, qu'il retrouvera neuf ans plus tard, après la sortie de son disque "Il est temps". En 1999, il rencontre de nouveau son public à Bobino.

Guy Béart s'est éteint le 16 septembre 2015 dans la ville de Garches.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM