Belle, Marie-Paule

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1946) - Compositeur, Interprète

Marie-Paule Belle naît à Pont-St-Maxence dans l'Oise le 25 janvier 1946, d'un père médecin et d'une mère d'origine corse. Elle passe son enfance à Nice. Elle étudie le piano classique pendant onze ans. Après la mort de sa mère, elle monte à Paris pour présenter une licence de psychologie. Elle fréquente assidûment les cabarets de la Rive Gauche. Elle attrape le virus de la musique.

En 1969, elle sort un premier 45 tours ("Tout vient à point"/"Il n'y a rien à comprendre"), sur des textes de son ami d'enfance Michel Grisolia. En 1970, elle commence à chanter à l'Echelle de Jacob. Elle se produit à l'Ecluse en 1971. Elle y reste une année, commence à s'accompagner à la guitare puis peu à peu ose utiliser le piano sur lequel avait joué Barbara quelques années auparavant. Un deuxième 45 tours quatre titres paraît en 1971 comprenant "Le Judas" et "Gertrude". Au même moment, elle rencontre Françoise Mallet-Joris, qui jouera un rôle déterminant dans sa carrière comme auteur, tout autant que Michel Grisolia. Le trio ainsi formé écrit les premières chansons drôles et ironiques qui font de leur interprète un personnage à part entière.

Son premier album contenant "Wolfgang et moi", "Ca m'est égal", "Trans Europ Express" sorti en 1973, lui permet d'obtenir le Prix de l'Académie Charles Cros. Il est suivi en 1974 par un second opus ("Café Renard"...) et la chanson "Nosferatu" parue en 45 tours. Durant les années 1970, elle enchaîne les tournées (avec Serge Lama entre autres) et les scènes parisiennes, mais le triomphe de "La Parisienne" en 1976 impose définitivement l'image de chanteuse rigolote à textes qui lui colle à la peau. Son répertoire est pourtant aussi composé de chansons plus tendres et intimistes comme "Quand nous serons amis" ou "Je veux pleurer comme Soraya". Elle se produit à l'Olympia en 1978, au Théâtre des Variétés en 1980 ou encore au Théâtre de La Ville en 1985.

Malgré son succès, elle se retire du devant de la scène au milieu des années 1980, pour n'y revenir que près de dix ans plus tard, triomphant de nouveau en 1994 au Théâtre de Dix Heures, puis en 1995 aux Francofolies de La Rochelle et de Montréal. Elle se produit désormais seule au piano, comme à ses débuts, et de nouveau la magie opère. En hommage à Barbara avec qui elle était devenue amie, elle enregistre en 2001 l'album Marie-Paule Belle chante Barbara, à la suite du spectacle donné sur la même scène du Théâtre de Dix Heures. Ce spectacle tourne de mars 2001 à juin 2004, en France et à l'étranger. En 2005, après une série de concerts piano/voix avec ses propres chansons, elle sort l'album Un pas de plus, enregistré dans la même simplicité, comprenant cinq nouveautés (dont "Un pas de plus", "Jardin secret"...) et dix-neuf titres revisités.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM