Béroard, Jocelyne

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1954) - Auteure, Interprète

Jocelyne Béroard naît à Fort de France en Martinique le 12 septembre 1954. Durant son enfance, elle pratique la danse classique et apprend le piano. Adolescente, elle écoute et imite les grandes voix féminines : Edith Piaf, Célia Cruz, Myriam Makeba, Mahalia Jackson et les chanteuses antillaises Lola Martin et Léona Gabriel. Elle chante dans les fêtes de famille accompagnée par son frère Michel au piano.


A 17 ans, après l’obtention de son baccalauréat, elle entame des études de pharmacie à Caen, avant de s’inscrire à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Elle retrouve son frère dans la capitale. Pianiste, il l’a fait rentrer dans le milieu des musiciens antillais. Elle commence alors à se produire en tant que choriste, sur scène et en studio.

En 1980, elle travaille six mois en Jamaïque avec Lee Perry. Elle rejoint ensuite les Gibson Brothers et enregistre des chœurs sur le deuxième album de Kassav. Elle travaille ensuite comme choriste avec Bernard Lavilliers et de nombreux chanteurs tels Manu Dibango, Zachary Richard…
En 1982, elle gagne le concours de la chanson d'Outre-mer avec « Concerto pour la fleur et l'oiseau » de Marius Cultier. L’année suivante, elle intègre définitivement Kassav. Elle est choriste et interprète une seule chanson seule sur scène (« Soleil »). Cela change en 1984. Elle enregistre son premier titre en tant que chanteuse principale  avec Kassav (« Moment ta la ») suivi par deux autres qui rencontrent le succès l’année suivante (« Mové jou » et « Pa bizwen palé »). Elle prépare alors comme les autres chanteurs du groupe un album solo.

Sorti en 1986, Siwo (« Siwo », « Sa Ki Ta La », « Kolé Séré »…) est un énorme succès (double disque d’or) et surtout la plus grosse vente de tous les temps pour un disque féminin aux Antilles. Jocelyne Béroard ouvre la voie à toute une nouvelle génération de chanteuses. En 1987, Philippe Lavil entend la chanson « Kolé séré ». Il propose de la réenregistrer en duo avec Jocelyne Béroard. Le titre se place en tête des ventes en France et se vend à plus de 500 000 exemplaires.
Elle continue d’enregistrer avec Kassav et se produit avec eux partout dans le monde (Afrique, URSS, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe, Antilles…). Kassav accumule les récompenses et les disques d’or : meilleur groupe aux Victoires de la musique 1988 à Paris et aux prix de la Francophonie 1989 à Québec, meilleur groupe au West Indies Awards 1993 à New York, l'AfriCar Award 93 du meilleur groupe, et également à Curaçao prix du meilleur spectacle et meilleur groupe 1994.

En 1991, Jocelyne Béroard sort son deuxième album solo, Milans (« Milans », « Jilo Mayé », « Ti Tak Isi »…). Elle obtient les prix de l'interprète féminine de la SACEM en Martinique et de RCI (Radio Caraïbes International). Par ailleurs, elle devient à la même époque la marraine de l’association Enfance et Partage en Martinique.
En 1992, Jocelyne Béroard tourne en tant que comédienne avec le groupe Kassav dans le film Siméon du cinéaste Euzhan Palcy (Rue Case Nègres…).
Avec la chanson « Ké Sa Lévé », présente en 1995 sur l’album de Kassav, Difé, elle obtient le prix SACEM du Meilleur auteur en Martinique.
En 1996, elle est nommée pour son soutien aux enfants défavorisés sénégalais, avec Jacob Desvarieux (de Kassav), Officier de l’Ordre du Mérite, par Abdou Diouf, président du Sénégal. L’année suivante, elle enregistre avec Jacob, le titre « Carnival » présent sur l’album du même nom de Wycleef Jean, chanteur et compositeur du groupe américain Fugees.
En 1998, Jocelyne Béroard enregistre avec Kassav, à Cuba et à Miami, un album de salsa de titres du groupe pour L’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud. Elle est une nouvelle fois récompensée par deux prix SACEM : l’un pour la chanson « Eti’w » qu’elle interprète sur l’album de Dédé St-Prix, l’autre pour « L’ombraj’ an pyé mango » sur Les Duos du Soleil. En octobre de la même année, elle participe à l’organisation de la marche commémorative qui réunit 40.000 antillais et guyanais à Paris, dans le cadre de la célébration du cent-cinquantième anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Elle chante en duo avec Awilo, chanteur zaïrois, le titre « Coupé Bibamba », qui rencontre un immense succès en Afrique.

L’année 1999 est consacrée aux vingt ans de Kassav, avec deux concerts parisiens à Bercy et une tournée aux Antilles et aux Etats-Unis. Elle multiplie les collaborations notamment avec Papa Wemba et Nayanka Bell.
L’année 2000 est marquée par la sortie du disque de Kassav, Nou La, suivie d’une tournée. Jocelyne Béroard s’installe définitivement aux Antilles. Elle s’y produit de temps en temps avec le projet parallèle de Jean-Philippe Marthély de Kassav, Twa Ka Djol.

Elle sort son troisième album solo, Madousinay (« Lanmé Mové », « Atann », « Vini Séré »…) en septembre 2003. En juin 2004 paraît le quatorzième album de Kassav, qui reprend la route. Jocelyne Béroard joue dans Nèg Maron, premier film de Jean-Claude Flamand Barny, qui sort en janvier 2005. Le mois suivant, elle se produit trois soirs de suite avec Kassav au Zénith de Paris, puis part en tournée avec le groupe. Les 20 et 21 mai 2005, elle chante pour la première fois en solo sur la scène de l’Atrium à Fort de France. Elle intervient régulièrement à l’Université de Syracuse dans l’Etat de New York. En 2008, Kassav rend hommage sur la scène du Zénith à Aimé Césaire, décédé le 17 avril.

Le 16 mai 2009, Kassav joue au Stade de France devant 70 000 personnes pour fêter ses trente années d’existence. Une tournée mondiale suit. L’année suivante, elle reçoit avec Jacob Desvarieux l’Award du meilleur groupe zouk à Orlando aux Etats-Unis. Patrick Saint-Eloi, compagnon de route de Jocelyne Béroard au sein de Kassav pendant vingt ans, décède le 18 septembre 2010. Elle lui rend hommage lors de deux concerts à l’Atrium en Martinique.
Le 22 mai 2011, elle chante pour la première fois en solo sur la scène mythique de l’Olympia. Un double cd, Yen Ki Lanmou, retrace sa carrière en 33 titres.
 

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM