Blanc, Michel

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1952) - Acteur, Réalisateur

Né le 16 juin 1952 à Paris, Michel Blanc fait ses études secondaires au Lycée Pasteur à Neuilly où il fait la connaissance de Josiane Balasko, Marie-Anne Chazel, Christian Clavier, Gérard Jugnot et Thierry Lhermitte avec lesquels il forme ensuite une petite troupe qui monte des spectacles constitués de sketches.

Tout d’abord dans un garage près de Montparnasse, la troupe passe Rive Droite et ouvre son propre café théâtre, le Splendid. Michel Blanc participe à l’écriture de pièces que l’équipe du Splendid monte : Ma tête est malade, Amour, Coquillages et Crustacés, et Le père Noël est une ordure !. En parallèle Michel Blanc fait de brèves apparitions au cinéma : dans Que la fête commence de Bertrand Tavernier aux côtés de Christian Clavier (1974), La Meilleur façon de marcher (Claude Miller, 1975), Je t’aime moi non plus (Serge Gainsbourg, 1976), Le Locataire (Polanski, 1977)… Les Bronzés de Patrice Leconte (1978), tiré d’un scénario du Splendid et sa suite Les Bronzés font du ski (1979), le révèlent au grand public.

Michel Blanc continue de jouer et d’écrire avec Patrice Leconte : Viens chez moi, j’habite chez une copine (1981, musique Renaud, Ramon Pipin), Ma femme s’appelle reviens (1982, musique William Sheller). Dans Le père Noël est une ordure ! (Jean-Marie Poiré, 1982), il retrouve l’équipe du Splendid, mais n’apparaît pas à l’écran (il n’interprète que la voix du pervers au téléphone). Il fait une apparition dans Papy fait de la résistance (Jean-Marie Poiré, 1983).

Il réalise son premier film, Marche à l’ombre (musique Renaud, Téléphone), grand succès public en 1984. Avec Tenue de soirée de Bertrand Blier en 1986, il casse son image de comique. Désormais il peut tout jouer comme le prouvent ses compositions dans Monsieur Hire (Patrice Leconte, 1989), Uranus (Claude Berri, 1990), Prospero’s Book (Peter Greenaway, 1991), Merci la vie (Bertrand Blier, 1991).

En 1994, il réalise un deuxième film, Grosse fatigue, analyse grinçante de la célébrité. Homme de théâtre, acteur (dans Art de Yasmina Reza en 1995 par exemple) et metteur en scène, il adapte Le Marchand de Venise de Shakespeare, le monte et l’interprète. En 1999, il dirige Daniel Auteuil dans Mauvaise passe, son troisième film en tant que réalisateur, dont l’intrigue se déroule en Angleterre.

En 2001, il adapte au cinéma le roman Summer Things de Joseph Connolly, sous le titre Embrassez qui vous voudrez.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM