Contet, Henri

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1904-1998) - Auteur

Henri Contet naît le 8 mai 1904 à Anost en Saône-et-Loire. Fils unique, il obtient à 19 ans en 1923 son diplôme d'ingénieur en électricité. Il rentre ensuite chez Thomson. Il se rend vite compte qu'il n'est pas fait pour cette carrière. Il se tourne vers le journalisme et débute à Paris-Midi en s'occupant de la rubrique Spectacles. En parallèle, il devient critique de cinéma et fait quelques apparitions en tant que figurant dans des films, notamment dans Katia (Maurice Tourneur, 1938) avec Danièle Darrieux...

Henri Contet rencontre Edith Piaf en décembre 1940. Elle fait sa rentrée à l'ABC et il écrit un article dans Paris-Midi. Ils ne font réellement connaissance qu'en août et septembre 1941 aux studios de Courbevoie. Edith Piaf y tourne le film Montmartre-sur-Seine de Georges Lacombe. Egalement journaliste à Cinémondial, Henri Contet accepte d'être son chargé de presse pour le film... Il écrit des articles sur elle pendant le tournage.

Piaf et Contet sont amants, mais se voient rarement. Il est en effet marié avec la chanteuse Charlotte Dauvia. Quant à Piaf, de la fin septembre 1941 à octobre 1942, elle chante en zone Sud. Intéressée par son style, Edith Piaf le pousse à écrire des chansons. A l'automne 1942, il lui apporte le texte de "C'était une histoire d'amour". Jean Jal le met en musique et Edith Piaf l'enregistre le 15 décembre 1942. La chanson devient un succès. Henri Contet et Michel Emer, autre auteur pour Piaf durant cette période, prennent alors la relève de Raymond Asso comme paroliers attitrés de la chanteuse.

Henri Contet lui écrit plus d'une trentaine de chansons parmi lesquelles : "Le brun et le blond" (musique Marguerite Monnot, 1943), "Coup de grisou" (Louiguy, 1943), "Histoires de coeur" (Marguerite Monnot, 1943), "La demoiselle du cinquième" (Louiguy, 1943), "Monsieur saint Pierre" (Johnny Hess, 1943), "C'est toujours la même histoire" (Daniel White, 1943), "Le chasseur de l'hôtel" (Henri Bourtayre, 1944), "Les deux rengaines" (Henri Bourtayre, 1944), "Y'a pas d'printemps" (Marguerite Monnot, 1944), "Les gars qui marchaient" (Marguerite Monnot, 1945), "Regarde-moi toujours comme ça" (Marguerite Monnot, 1945), "Adieu mon cœur" (Marguerite Monnot, 1946), "Le chant du pirate" (Marguerite Monnot, 1946), "Mariage" (Marguerite Monnot, 1946), "Le petit homme" (Marguerite Monnot, 1946), "Celui qui ne savait pas pleurer" (Charles Normand, 1946), "C'est merveilleux" (Marguerite Monnot, 1946), "C'est pour ça" (Marguerite Monnot, 1947), "Le ciel est fermé" (Marguerite Monnot, 1950), "Le Noël de la rue" (Marc Heyral, 1951), "Padam padam" (Norbert Glanzberg, 1952), "Bravo pour le clown" (Louiguy, 1953), "Opinion publique" (Marguerite Monnot, 1957), "Les amants de demain" (Marguerite Monnot, 1958), "Les neiges de Finlande" (Marguerite Monnot, 1958), "T'es beau tu sais" (Georges Moustaki, 1959), "Le vieux piano" (Claude Leveillée, 1960)...

La liaison d'Henri Contet avec Edith Piaf prend fin au début de l'année 1945. Depuis l'été 1944, elle fréquente en effet un jeune chanteur marseillais, Yves Montand. Henri Contet n'en continuera pas moins de lui écrire des paroles. Pour l'heure, Edith Piaf presse Henri Contet d'écrire des chansons pour Yves Montand qui doit renouveler son répertoire. Ce sera : "Ce monsieur-là" (Marguerite Monnot, 1945), "Le gilet rayé" (Louiguy, 1945), puis "Ma gosse, ma p'tite môme" (Marguerite Monnot, 1947) et beaucoup plus tard "Le Carrosse" (Mireille, 1958).

Après la guerre, il écrit de nombreux titres pour Lucienne Delyle qui sont mis en musique par Paul Durand et par Aimé Barelli, le mari de la chanteuse : « Un air d'accordéon » (1945), « Boléro », « Ne dis plus rien » (1948), « Mon cœur attendait » (1951), « Emportez mon amour » (1954). Toujours avec Paul Durand, il écrit aussi pour Jacqueline François : "Mademoiselle de Paris" (1948), « De temps en temps » (1951), « Embrasse-moi bien » (1953) ou «Habanera » (1954). Henri Contet a également été chanté par Léo Marjane ("C'était écrit", 1948), les Soeurs Étienne ("Civilisation", 1948), Georges Guétary ("Boléro", 1949, "Dans ma vie", 1956...), Marie-José ("Vous que j’aimais", 1949), Luis Mariano ("Aucune importance"), Rina Ketty ("Puisque tu me reviens", 1950), Mireille ("Quand on s'balade", 1957), ainsi que par Félix Marten, Mathé Altéry, Pia Colombo, Frida Boccara, Michèle Torr, Régine...

Durant les années 1960, il est producteur à la radio d'une émission intitulée Variétés de Paris. Il occupe différentes fonctions à la SACEM (administrateur, vice-président), avant d'en devenir le président en 1970. Henri Contet décède le 14 avril 1998 à Paris.

 

Gérard Davoust, président directeur général
des éditions Raoul Breton se souvient de Henri Contet :

 

Crédits des chansons à écouter ci-dessous :

Le brun et le blond par Edith Piaf (Henri Contet / Marguerite Monnot), EMI Music France, Beuscher, 1943 / Y'a pas d'printemps par Edith Piaf (Henri Contet / Marguerite Monnot), EMI Music France, Beuscher, 1944 / Le Noël de la rue par Edith Piaf (Henri Contet / Marc Heyral), EMI Music France, Beuscher, 1951 / Padam padam par Edith Piaf (Henri Contet / Norbert Glanzberg), EMI Music France, Salabert, 1952


EXTRAITS AUDIO :
 

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM