Doc Gynéco

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1974) - Auteur, Compositeur, Interprète

Bruno Beausir alias Doc Gynéco naît en 1974 à Clichy-sous-Bois en banlieue parisienne, de parents guadeloupéens. Dès 1991, il se joint au groupe de rap Ministère AMER et participe aux premiers albums du groupe, "Pourquoi tant de haine" en 1992, et "95200" sorti au printemps 1994, pour lequel il écrit "Autopsie". C'est avec ce titre qu'il démarche, en solo, les maisons de disques. Il signe avec le label Virgin et réalise ses premiers enregistrements à Los Angeles avec le producteur américain Ken Kessie.

Il publie ainsi en 1996 un premier maxi-CD, comprenant "Est-ce que ça le fait?" en collaboration avec son ancien acolyte Passy, et surtout "Viens voir le Docteur". Le titre remporte un succès immédiat, se retrouve en tête du Top 50 et son clip envahit les télévisions. Doc Gynéco surfe parfaitement sur cette vague de popularité, basée en partie sur le scandale et la provocation. Dans la foulée il sort son premier album, "Première consultation". On y retrouve "Viens voir le Docteur" mais aussi une série de titres qui sont ensuite déclinés en single : "Nirvana", où certains voient une incitation au suicide, « Vanessa », sur ses fantasmes sexuels, "Né ici" et "Passement de jambes" qui ressort deux ans plus tard au moment de la Coupe du monde de football.

En mai 1998, il participe aux deux concerts organisés pour célébrer les 150 ans de l'abolition de l'esclavage, qui rassemblent à l'Olympia tous les rappeurs de Secteur Ä, collectif issu des cendres de Ministère AMER. A l'automne c'est un nouveau "coup" médiatique pour Doc Gynéco : " C'est beau la vie", enregistré avec Bernard Tapie qui sort tout juste de prison. Puis vient un deuxième album "Liaisons dangereuses" comprenant une série de duos avec Lino, du groupe Ärsenik, Renaud, les Rita Mitsouko. C'est l'époque des ennuis pour Doc Gynéco, avec le fisc et avec ses anciens copains rappeurs pour une sombre affaire de racket.

Son troisième album "Quality Street" paraît en 2001, après une période d'exil volontaire à Londres. Doc Gynéco s'est un peu éloigné du rap pur et dur pour quelques textes très écrits, avec la participation de musiciens de talent. Cela donne "Caramel", "Thief a man", "Noir et blanc" avec Laurent Voulzy, "Trop jeune" avec Chiara Mastroianni, "Rue Mazarine" en hommage à la fille de François Mitterrand. Cet album est signé "Bruno Doc Gynéco", de son vrai prénom, comme si le temps du "100% frime" était révolu. Le 27 août 2002, sort « Solitaire », son quatrième opus, entre pop et rap, précédé par le single « Funky Maxime ». Doc Gynéco y est entouré, entre autres, par Stomy Bugsy et Matthieu Chédid alias M.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM