Dréjac, Jean

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1921-2003) - Auteur, compositeur, interprète

Jean Dréjac, Jean Brun pour l'état civil, naît le 3 juin 1921 à Grenoble dans une famille de gantiers. A 17 ans, il commence à interpréter des chansons de Charles Trenet et de Paul Misraki avec Cinfonia, groupe amateur local. En 1938, il remporte un concours organisé par Radio Cité et se décide à tenter sa chance à Paris. 

Il se produit sur différentes scènes, notamment le Petit Casino, les Folies Belleville et le Concert Pacra. Il joue en 1939 dans une revue franco-anglaise au Théâtre de l'Abri, en compagnie de Barbara La May. Après la défaite de 1940, il entre au Cours Simon. Il chante dans la revue "Nus en fleurs" au Concert Mayol. Il y interprète ses propres textes. Réfractaire au S.T.O. (service du travail obligatoire), Jean Dréjac cesse toute activité publique et se cache avec la complicité d'un hôtelier de la place Voltaire. Il se concentre sur l'écriture de paroles de chansons. 

En 1943, il rencontre le compositeur Charles Borel-Clerc. Il lui présente plusieurs textes. Borel-Clerc met en musique "Ah! Le petit vin blanc". La chanson est créée par Michèle Dorlan. Elle est ensuite popularisée par Lina Margy et devient un énorme succès à la Libération. Plus d'un million cinq cent mille petits formats sont vendus durant les années quarante. Ce succès sans précédent décide de sa carrière d'auteur. Avec Borel-Clerc, il écrit "Le p'tit bal du samedi soir" pour Georges Guétary (1946) ainsi que "Maman vous êtes la plus belle" (1946) interprétée par Jean Lumière. Ses paroles sont également chantées par Lucienne Delyle ("Les quais de la Seine", 1947, musique de Jean Dréjac et André Lodge), Jacques Hélian ("La plus belle nuit", 1950, adaptation par Jean Dréjac de "The loveliest night of the year", paroles originales de Paul Francis Webster, musique de Juventino Rosas), Jean Sablon ("La chanson de Paris", 1950, musique de Jean Dréjac et André Lodge)...

En 1949, Jean Dréjac se produit en tant qu'interprète à L'Auberge bleue, à Alexandrie en Egypte. C'est là, en se promenant dans les rues de la ville que lui viennent les paroles et la mélodie de "La chanson de Paris". De retour dans la capitale, il rencontre le compositeur Hubert Giraud. En 1950, ils vont voir à deux le réalisateur Julien Duvivier sur son plateau de tournage. Il recherche la chanson-thème de son film en cours, Sous le ciel de Paris. Le lendemain, ils lui amènent "Sous le ciel de Paris". Interprétée dans le film en 1951 par Jean Bretonnière, elle sera reprise notamment par Anny Gould, Juliette Gréco, Yves Montand, Edith Piaf, Les Compagnons de la chanson... Véritable standard, elle fera le tour du monde, notamment dans sa version anglaise sous le titre "Under Paris Skies". De nombreux jazzmen l'ont enregistrée : Duke Ellington, Coleman Hawkins, Quincy Jones...

En 1954, il écrit avec Jean Constantin pour la musique, "Fleur de papillon", qui interprétée par Annie Cordy est un nouveau succès, ainsi que "Ma petite rime" que chante Jean Constantin. En octobre de la même année, Edith Piaf demande à Hubert Giraud de pouvoir interpréter "Sous le ciel de Paris". Ils en viennent à discuter de Jean Dréjac. Edith Piaf est intéressée par lui. Elle le fait inviter chez elle, boulevard Lannes, par Roland Avelys, le chanteur sans nom. Le dîner réunit d'autres personnes parmi lesquelles Charles Aznavour. Edith Piaf demande à Jean Dréjac d'écrire des paroles sur l'air du ballet d'Henri Sauguet intitulé "Les Forains". Comme il hésite, elle insiste. Jean Dréjac met deux mois à le faire. Après avoir enregistrée "Sous le ciel de Paris" le 20 octobre 1954, elle grave "Le chemin des forains" le 28 février 1955, juste avant de partir en Amérique. De mars à mai 1955, Edith Piaf se produit avec son mari Jacques Pills en Amérique du Nord. Vers la mi-avril, Jean Dréjac rejoint Edith Piaf à Chicago. Jacques Pills rentre en France le 23 mai. Jean Dréjac et Edith Piaf sont amants. Leur liaison va durer quelques mois. Il l'accompagne au Québec, à Washington, à Dallas, à New York... A la mi-octobre Jean Dréjac embarque pour la France sur le Queen Elizabeth. Le 4 janvier 1956, Edith Piaf se produit sur la scène du mythique Canergie Hall à New York. Elle commence son récital par "Sous le ciel de Paris" et interprète un nouveau texte de Jean Dréjac, "L'homme à la moto", adaptation de "Black Denim Trousers et Motorcycle Boots" de Jerry Leiber et Mike Stoller, auteurs compositeurs de plusieurs morceaux pour Elvis Presley. Jean Dréjac s'inspire de l'arrivée des motards en blouson de cuir noir du film L'équipée sauvage (László Benedek, 1953), pour ses paroles. Il lui écrit également "Soudain une vallée", adaptation de "Suddenly there's a Valley" (Biff Jones/Charles Meyer). Piaf enregistre ces deux nouvelles chansons en février 1956. En janvier, Jacques Pills l'a retrouvée à Cuba où elle chante au cabaret Sans Souci. Leur liaison prend fin. 

Jean Dréjac continue sa carrière d'auteur avec succès. Il est chanté par Maurice Chevalier ("Mimi la blonde", 1957, adaptation d'une chanson allemande de Franzke et Gaze), Les Frères Jacques ("Le petit homard", 1957, musique Roger Bourdin), Marcel Amont ("Bleu, blanc, blond", 1959, adaptation de "True, True Happiness" de Hal Greene et Dick Wolf, "Y'en avait pas beaucoup", 1959, musique Jean Dréjac...), Les Compagnons de la Chanson ("L'Arlequin de Tolède", 1960, musique Hubert Giraud), Dalida ("L'Arlequin de Tolède", 1960, musique Hubert Giraud), Juliette Gréco ("La cuisine", 1960, musique Jean Dréjac), Patachou ("Faut pas gamberger", 1960, musique Jean Dréjac)...

En 1959, il sort un 45 tours avec quatre de ses chansons (paroles et musique) qu'il interprète lui-même : "Lorsque papa était à Paris en occupation", "Ma muse", "Y'en avait pas beaucoup" et "Les tristes bannières". En 1961, il écrit deux chansons pour Yves Montand avec le compositeur Philippe-Gérard : "Ma chansonnette" (un beau succès) et "Rengaine ta rengaine" ainsi que "La musique" en 1968. Michel Legrand qu'il connaît depuis la fin des années quarante, met en musique et interprète "Comme elle est longue à mourir ma jeunesse" en 1965. Ils entament au début des années soixante-dix une fructueuse collaboration qui donnera lieu à de nombreuses chansons interprétées par Michel Legrand ("Oum le dauphin", "Le messager", "L'été 42", "Un ami s'en est allé", "Dans le même instant"...) et par d'autres notamment Serge Reggiani ("Dans ses yeux", "Edith", "Rupture", "C'est comme quand la mer se retire", "Contre vents et marées", "Le vieux costume", "Les vieux gamins"...).

Parolier de talent, ses textes ont également été chantés par Jacqueline François ("Le soleil de Pigalle", 1961, musique Jean Yatove), Line Renaud ("Mon amour", 1962), Sacha Distel ("Bon vent ma jolie", 1962, musique Colette Grimaud), Tino Rossi ("Brasilia mon amour", 1963, musique Philippe-Gérard), France Gall ("Je me marie en blanc", 1966, musique Jean Wiener), Mireille Mathieu ("Veux-tu qu'on s'aime", 1968, musique Michel Legrand...), Charles Aznavour ("Je ne connais que toi", 1978, musique Charles Aznavour), Henri Salvador ("Un air de France", 1987, musique Henri Salvador)...

En dehors de ses activités d'écriture, Jean Dréjac reste un ardent défenseur de la chanson française. Il est président de la SNAC (Société Nationale des Auteurs Compositeurs) et vice-président de la SACEM. En 1994, pour le cinquantenaire de sa chanson "Ah le petit vin blanc", un concert est organisé à l'Olympia, auquel participent de nombreux artistes, dont Michel Legrand, Henri Salvador, Marcel Amont, Enzo Enzo, Renée Lebas, Jean Guidoni et Nilda Fernandez.

Jean Dréjac est décédé le 11 août 2003 à Paris.

 

EN VIDEO :

Le 5 août 1956 dans l'émission "Les joies de vivre", Edith Piaf est interviewée par Henri Spade et interprète "L'homme à la moto" (Jean Dréjac/Jerry Leiber-Mike Stoller):
 


 

 

Crédits des chansons à écouter ci-dessous :

Sous le ciel de Paris par Edith Piaf (Jean Dréjac / Hubert Giraud), EMI Music France, Première Music Group, 1954 / Le chemin des forains par Edith Piaf (Jean Dréjac / Henri Sauguet), EMI Music France, Salabert, 1955 / Soudain une vallée par Edith Piaf (Jean Dréjac / Biff Jones-Charles Meyer), EMI Music France, Warner Chappell Music France, 1956 / L'homme à la moto par Edith Piaf (Jean Dréjac / Jerry Leiber-Mike Stoller), EMI Music France, Jerry Leiber Music/Silver Seahorse Music, 1956


EXTRAITS AUDIO :
 

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM