Esposito, Giani

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1930-1974) - Auteur, Compositeur, Interprète, Comédien

Giani Esposito voit le jour à Etterbeek dans la banlieue de Bruxelles le 23 août 1930. Sa mère est française et son père d'origine napolitaine. Entre 9 et 19 ans, il vit en Italie. Il commence à écrire des poèmes à l'adolescence. De retour à Paris en 1949, il suit les cours de comédie de Tania Balachova et de Michel Vitold.

Il fait une première apparition au cinéma en 1951 (Maître après Dieu, de Louis Daquin). Il apprend le piano, écrit ses premières chansons et en 1953, décroche un contrat de quatre mois au cabaret La Rose Rouge. Il se produit dans la foulée à l'Ecluse. Mais le cinéma le rattrappe. Il tourne sous la direction d'André Hunebelle (Mon mari est merveilleux, 1953 et Cadet Rousselle, 1954), de Jean Renoir (French Cancan, 1954), de Luis Bunuel (Cela s'appelle l'aurore, 1955), d'André Cayatte (Le dossier noir, 1955), Alex Joffé (Les hussards, 1955), d'Alexandre Astruc (Les mauvaises rencontres, 1955)...

Il faut attendre février 1959 pour sorte son premier disque, un 25 cm neuf titres comprenant "Les Clowns" (ou "Le clown"), "Un vieux boxeur" ou encore "Prière pour une rupture". "Les clowns" devient un succès. La chanson sera reprise par Christine Sèvres et par Raymond Devos au cours de ses spectacles. La même année, Giani Esposito rencontre Pascale Petit, sa future femme.

Il continue au début des années 60 d'apparaître au cinéma (Jacques Rivette, Jean Dréville...) et tourne de plus en plus pour la télévision. En 1964, il enregistre un 33 tours, dans lequel il récite L'Evangile de la passion. Il se produit de plus en plus au théâtre. En 1967, il signe avec la maison de disques Pathé-Marconi. En décembre de la même année paraît un 33 tours ("Jardiniers qui doutez de l'arbre de vie", "L'arbre de Santal" sur un texte de Krishna, "Les quatre éléments"...).

En juillet 1968 sort un 45 tours qautre titres comprenant "Un noble rossignol à l'époque Ming", suivi d'un album en novembre ("Même à celui qui meurt... ", "Au fond du coeur, au fond des âges", "Au jardin de l'oubli"...) En 1969, ilpublie deux 45 tours : "Petite marche sur les pieds du voisin" en juin et "Deux colombes" en novembre. Il écrit également "La colombe" pour Dalida.

En 1970, il participe aux côtés d'Anne Vanderlove au concept album La Mort d'Orion de Gérard Manset. Il publie un nouveau 33 tours intitulé Volume 3 ("Les ombres sont chinoises", "22 instants ou faces d'une croix", "Shantih"...) alors que Le décameron de Pasolini dans lequel il joue sort sur les écrans. En 1971, il prête sa voix à un disque intitulé Bouddha, méditations avec Giani Esposito dans la collection Connaissance de la pensée universelle N°3.

En 1972 sort son dernier album ("Paris, le désert", "Humilité", "La réponse en mariage", "Souvenir d'enfance d'un barbare"...) L'année suivante, il se produit en concert aux Baux de Provence, en s'accompagnant seul au piano. Le 26 décembre 1973, il est transféré en urgence à l'hôpital américain de Neuilly. Il souffre d'une tumeur cérébrale et d'une hépatite virale. Il décède le premier janvier 1974.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM