Faudel

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

1978 - Interprète, Auteur, Compositeur

Faudel est né en juin 1978 au Val-Fourré à Mantes-la-Jolie, au sein d'une famille de huit enfants, tous des garçons, Faudel aurait pu le plus naturellement du monde se tourner vers le rap. Mais sa grand-mère, membre des meddahate, (ensembles exclusivement féminins), l'a incité à s'abreuver à la source même du raï. Sa mère, même, fan du style sulfureux d'Oran, en faisant ses courses, n'oublie pas d'acheter au passage quelques bonnes vieilles cassettes de raï. Ce modèle de maman mélomane lui fera prendre conscience de sa vocation.

A 8 ans, il est frappé par l'apparition de Cheb Mami à la télévision. A 9 ans, il remporte un concours en se forgeant la voix sur un classique raï, empreint de soufisme, intitulé "Abdelkader" et aujourd’hui encore à son répertoire.

A 12 ans, il chante dans le groupe "Les étoiles du raï" pensant qu'il sera une grande star. Ambitieux, déployant toute son énergie pour s'installer dans le paysage musical, il se rapproche de son guitariste éducateur Mohamed Mestar. Tous deux se battent pour faire écouter une première maquette mais c'est en 1995 que Faudel parvient enfin à passer en première partie de Khaled à Montluçon. Dans une atmosphère fiévreuse, il interprète, ému et tremblant, en duo avec lui, le titre "Didi" qui a ouvert la voie internationale au raï. L'événement, retransmis par France 3, le sort définitivement de l'anonymat.

Autre de ses premières prestations d'importance : en 1996, les Découvertes du Printemps de Bourges. Il vient alors de signer un contrat chez Polygram-Universal et teste la chanson "Tellement N'brick", véritable titre de gloire. Il vient d'avoir 18 ans, le bel âge pour conquérir les foules et imposer un style de musique qui, il y a huit ans, n'intéressait que des trentenaires de la communauté maghrébine.

Faudel multiplie les apparitions. En novembre 1997, son premier album « Baïda » sort enfin dans le commerce. Le succès n’est pas immédiatement au rendez-vous et le petit prince du raï doit se contenter des premières parties de spectacle, jusqu’au jour où M6 diffuse le clip de « Tellement N’brick ». Très vite, la chanson séduit un public jeune et mélangé. Faudel, sur sa lancée, impose son nom d'artiste avec « Dis-moi », un titre en français que toutes les radios inscrivent à leur programmation.

Le 26 septembre 1998, le Palais Omnisports de Bercy accueille Rachid Taha, Khaled et Faudel pour le concert de légende "1,2,3, Soleil" qui rassemble plus de 16 000 personnes. Faudel devient l’un des invités privilégiés des émissions télévisées les plus regardées en France (« Les années tubes » ou « La fureur »). Ses détracteurs disent qu’il dénature le raï en en faisant de la variété ? Pour Faudel, seules comptent les marques de sympathie d'une assistance de plus en plus nombreuse à ses concerts.

En 1999, il est le premier artiste d’origine maghrébine à obtenir une Victoire de la Musique, dans la catégorie « Révélation ». La même année, il remplit l'Olympia, puis le Zénith. Pendant l'été 2000, il se produit au Summer Stage de Central Park de New-York, prestigieux festival accueillant, entre autres, Sting et Sonny Rollins. En 2001, il sort l'album "Samra" (peau mate), arrangé par Nabil Khalidi (le collaborateur de Rachid Taha) et Goh Hotoda (un remixeur connu). La production est confiée à Mohamed Mestar qui suit le chanteur depuis 1993.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM