Fernandel

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1903-1971) - Interprète, Acteur

Né a Marseille dans une famille d'artistes (son père est chanteur et comédien sous le nom de Sined), Fernandel débute sa carrière de chanteur en interprétant des titres du répertoire comique troupier. Il n'a que sept ans, lorsqu'il monte sur les planches de la Scala de Marseille et chante "Le Petit objet", chanson interprétée avant lui par Polin et Eloi Ouvrard. Dans le même genre, il interprètera aussi : "Avec Bidasse" (créé par Bach) et "La Caissière du Grand Café" (Eloi Ouvrard), deux titres également chantés par Polin, que Fernandel enfant découvre lors d'un passage de la vedette au Palais de Cristal.

Abandonnant assez tôt l'école, il fait de nombreux petits métiers, et débute véritablement en 1922 à l'Eldorado de Nice. Après une tournée organisée par les établissements Paramount, il enregistre son premier disque en 1928. Dans les années 1930, il débute sa carrière parisienne et cinématographique. Il est embauché par Henri Varna, alors directeur du Concert-Mayol et participe aux revues.

Il tourne son premier long métrage, Le Blanc et le Noir (Robert Florey, 1931) et rencontre Raimu un autre célèbre marseillais. En 1934, il joue dans Angèle de Marcel Pagnol. "Ignace" (J. Manse/R. Dumas, gravée en 1935 et en 1936, chantée dans le film en 1937) et "Barnabé" (J. Manse/R. Dumas, 1938) deux de ses chansons les plus connues sont interprétées dans les films éponymes de Pierre Colombier et Alexandre Esway. De 1931 à 1940, il joue dans plus de soixante films.

En avril 1939, il enregistre "Félicie aussi" (A. Willemetz-C.L. Pothier/C. Oberfeld), qui devient un de ses plus gros succès. En septembre suivant, Fernandel est mobilisé à Marseille, sa ville natale. Il se produit pour le théâtre aux armées sur la ligne Maginot, où il interprète notamment "Francine" (A. Willemetz/C. Oberfeld, 1939).

En mai 1940, il commence le tournage de La Fille du puisatier de Marcel Pagnol, obtenant une permission exceptionnelle de dix jours... Il joue à partir du 20 décembre 1940, Hugues, opérette de Jean Manse et Vincent Scotto, sur la scène du Théâtre des Variétés à Marseille. En 1941, il continue de tourner pour le cinéma, et enregistre en juillet, "Les jours sans " (Guy de Pelsenaire/Casimir Oberfeld). Il chante à l'Alhambra, puis retourne à Marseille.

En février et mars 1942, il tourne son premier film comme réalisateur et acteur, Simplet. Il interprète la chanson du film, "On m'appelle simplet" (Jean Manse/Roger Dumas), à l'écran et la grave en mars 1942. Fernandel enchaîne les films comme acteur et réalise Adrien (1943). En 1944, il ne tourne pas. De mai à juin 1945, il retrouve Marcel Pagnol pour Naïs. En octobre suivant, il se produit sur la scène de l'A.B.C. et reprend ses grands succès dans son costume de tourlourou.

A partir des années 50, il se consacre essentiellement au cinéma : L'auberge rouge (Claude Autant-Lara, 1951), Topaze (Marcel Pagnol, 1951), Le petit monde de Don Camillo (Julien Duvivier, 1952), La vache et le prisonnier (Henri Verneuil, 1959)... Fernandel, profitant de l'essor du disque microsillon, a enregistré une grande quantité de disques (350 environ).

Il reçoit le Grand Prix du Disque pour son enregistrement des Lettres de mon moulin, d'Alphonse Daudet. Fernandel reste, avec Andrex, Tino Rossi, Alibert, Darcelys et Reda Caire, l'une des figures marseillaises les plus connues. Il décède le 26 février 1971 à Paris.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM