Ferré, Léo

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1916-1993) - Auteur, Compositeur, Interprète

Né à Monaco, son père l'envoie en pension, à l'âge de neuf ans chez les Frères en Italie. Il entreprend ensuite des études de droit. Démobilisé en 1940, il commence à composer en étant speaker et pianiste occasionnel à RMC (Radio Monte-Carlo). En 1946, il monte à Paris, et se produit pendant deux mois au Boeuf-sur-le-Toit, où il partage l'affiche avec les Frères Jacques et le duo Roche-Aznavour, et enchaîne de petits engagements.

Au Lapin Agile, il rencontre Jean-Roger Caussimon, dont il mettra plusieurs textes en musique : "Monsieur William", "Comme à Ostende"... Tout en animant une émission à la radio Paris-Inter, il travaille la musique classique et le chant, passe au Quod Libet et au Milord-l'Arsouille, compose pour Edith Piaf ("Les Amants de Paris") et pour Catherine Sauvage ("L'Ile Saint-Louis"). En 1950, son premier Opéra, "La Vie d'artiste" est refusé partout ; il dirige néanmoins l'Orchestre National de la Radio pour un oratorio radiophonique, "De sac et de cordes", avec Jean Gabin.

Il signe en 1952 son premier contrat discographique. Mais c'est l'enregistrement par Catherine Sauvage de "Paris Canaille", un succès, qui lui assure une notoriété. Il passe à l'Olympia en 1954 en première partie de Joséphine Baker ; l'accueil du public incite Bruno Coquatrix à le reprogrammer en tête d'affiche en 1955. Les tours de chant s'enchaînent, à Bobino (en 1957, 1965,1967, 1969, 1970), à l'Alhambra en 1961 (deux fois la même année, une consécration), à l'ABC en 1963 (il fait signer les cartons d'invitation par son chimpanzé Pépée).

Mis à part des récitals pour la cause libertaire, il tourne assez peu en Province, par haine des imprésarios. Parallèlement, il enregistre beaucoup : ses propres chansons, mais aussi des albums où il met en musique des grands poètes, Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, Louis Aragon ("L'Affiche rouge"). "C'est extra", en 1968, prend la tête du hit-parade. A l'automne 1968, il entreprend une tournée en Banlieue et passe à Bobino : un nouveau public, jeune, l'acclame et des drapeaux noirs sont brandis dans la salle. La jeunesse contestataire de mai 68, auquel Léo Ferré est resté étranger, va faire de lui un emblème, fascinée par ses gueulantes sur scène, en phase avec tous les thèmes de son répertoire : la révolte, l'anarchie, la solitude, l'amour fou. C'est le déclenchement d'une nouvelle étape artistique : il part en tournée en 1970 avec le groupe pop d'André Hervé, Zoo, avec lequel il enregistre son disque manifeste "Amour Anarchie", puis "La Solitude" en 1972. "Avec le temps" paraît en 1971.

Brouillé avec sa maison de disque, Barclay, il devient en 1976 son propre producteur. Installé en Italie, il enregistre alors 15 albums en 10 ans, dirigeant l'Orchestre symphonique de Milan. La verve des mots reste intacte, mais le lyrisme de l'orchestration parfois empesé ; le public ne suit plus. La foule continue pourtant de se presser à ses (plus rares) prestations sur scène, toujours fascinée par son énergie et sa fureur : au Printemps de Bourges en 1982, au Théâtre des Champs-Elysées en 1984, ou au Théâtre Dejazet (alors appelé Théâtre Libertaire de Paris) en 1986. Léo Ferré décède le 14 juillet 1993. En mars 2000, sort Métamec, album posthume regroupant neuf chansons inédites. Son fils Mathieu a en effet repris sa maison d'édition, La Mémoire et la Mer, fondée en 1992.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM