Florelle

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1898-1974) - Chanteuse, Comédienne

Florelle, de son vrai nom Odette Rousseau, naît aux Sables d’Olonne en août 1898. Elle fait très jeune ses débuts sur scène à la Cigale où sa mère est caissière. A l’âge de 16 ans elle fait partie de la troupe du music-hall L’Européen avec laquelle elle part pour une tournée qui la conduit d’Autriche à la Turquie.

Après la première guerre mondiale, elle chante au Bataclan avant de remplacer Mistinguett dans la revue Ça, c’est Paris et de partir en tournée en Amérique du sud. Elle passe une bonne partie des années 20 en Argentine ; de retour en France, elle fait sa rentrée au Casino de Paris.

Dès le début des années 30, elle poursuit une double carrière de comédienne (elle tourne dans une quarantaine de films en dix ans) et de chanteuse et meneuse de revues au Casino de Paris, aux Folies Bergère, au Moulin-Rouge et autres music halls et cabarets. Elle a déjà joué dans deux films muets avec Maurice Chevalier : Gonzague (1922) d’Henri Diament-Berger avec Georges Milton et Albert Préjean et L’affaire de la rue Loureine (1923). Parmi ses chansons enregistrées, citons : "La complainte de Mackie", "Deux copains", "Y'a des soirs", "Le chant de Barbara", "La fiancée du Pirate", "Le chant des canons", "La java blanche", "Fascination", "Si maman le veut" et "Charmantes choses". 

Elle tourne cinq films en 1930 dont El amor solfeando de Armand Guerra, Le procureur Hallers de Robert Wiene, L’amour chante de Robert Florey et Le poignard malais de Roger Goupillières, puis huit en 1931 : Faubourg Montmartre de Raymond Bernard avec Gaby Morlay, Charles Vanel et Pauline Carton, Autour d’une enquête de Robert Siodmak avec Annabella, L’Opéra d’quat’sous de Pabst avec Albert Préjean (d’après l’opéra de Bertolt Brecht et Kurt Weill).

Le film a un tel succès qu’en 1932, on la retrouve à l’affiche d’une dizaine de films dont L’Atlantide, La maîtresse de l’Atlantide et La reine de l’Atlantide de Pabst ainsi que La dame de chez Maxim’s de Korda, La femme nue de Paulin, La merveilleuse journée d’Yves Mirande et de Robert Wyler et Tumultes de Robert Siodmak...

Par la suite, elle joue sous la direction de Eric Schmidt, Raymond Bernard, André Berthomieux, Willy Rozier, Maurice Cloche, Yves Allégret et René Clément (en 1956 dans Gervaise), Fritz Lang en 1934 dans Lilom et surtout Jean Renoir en 1936 dans Le crime de Monsieur Lange. Elle y trouve son meilleur rôle, ce qui ne l’empêchera pas de lancer un jour : "Pas sympathique, Renoir. Ce n’est pas un bon souvenir".

Florelle arrête de tourner pendant la guerre. A la Libération son public l'a oubliée. Elle se lance dans les affaires (ouverture de cafés, en Belgique, Maroc, Algérie, en Côte d'Ivoire) et joue de malchance. Elle ne fait que quelques apparitions au cinéma au cours des années cinquante. Elle se retire dans sa ville natale et tient un bar. 

En 1974, elle se blesse au genou dans un accident de voiture. Patiente difficile, elle est transférée dans un hôpital psychiatrique de La Roche-sur-Yon (Vendée) où elle décède le 28 septembre de la même année. 

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM