Gélu, Victor

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1806-1885)

Né à Marseille, dans une famille de la petite bourgeoisie, Victor Gelu, acquiert une solide éducation classique. Menant dans sa jeunesse une vie errante, il rentre à Marseille, où il arrive difficilement à gagner sa vie, en exerçant de petits métiers, dont celui de boulanger. Il se met à chanter des chansons de Béranger, lors de banquets, pour ses amis. Il compose ensuite quelques chansons en français, sans véritable intérêt.

En 1838, il écrit, par hasard, sa première chanson en occitan, « Fenhant e gromand », et le succès est tel qu’il continue dans cette voie. Il devient l’un des chansonniers marseillais les plus demandés. Il ne se produit pourtant que lors de banquets, entouré par ses amis, et jamais sur scène. En 1840, paraît la première édition de ses « Chansons provençales », recueil qu’il aura du mal à republier en 1856. En effet, profondément hostile au Second Empire, il dénonce le capitalisme.

Les thèmes de ses chansons présentent les petits métiers qui périclitent, la mise à sac du terroir par la spéculation immobilière, la dépossession du patrimoine marseillais au profit d’acheteurs venant du Nord. Son roman, « Nové Granet », fait le procès de l’industrialisation capitaliste. S’il est reconnu en 1852 au Congrès des Poètes Provençaux à Arles, Victor Gelu, reste jusqu’à sa mort en 1885, tant par ses sources d’inspiration que par sa langue, proche du peuple marseillais.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM