Goldman, Jean-Jacques

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1951) - Auteur, Compositeur, Interprète

Jean-Jacques Goldman est sans doute l'un des chanteurs les plus populaires des années 1980. Il naît à Paris le 11 octobre 1951. Il est le troisième enfant d'une famille d'origine polonaise, marquée par son engagement politique à gauche. Adolescent, il apprend la guitare, découvre le rock, et le rhythm'n'blues. En 1969, il participe à une finale du Tremplin rock au Golf Drouot. Après avoir obtenu un diplôme à l'EDHEC (Ecole Des Hautes Etudes Commerciales) à Lille, il prend part à l'aventure du groupe Thaï Phong (1975-1980), dans la mouvance du rock progressif en vogue à cette époque (Yes, Genesis). Ils se font connaître par un tube : "Sister Jane", en 1975.

En 1981, Jean-Jacques Goldman sort un premier album dont est tiré "Il suffira d'un signe". Il enchaîne dès l'année suivante avec un nouvel album, auquel participe Norbert Krief, dit Nono, le guitariste du groupe Trust. Jean-Jacques Goldman s'impose rapidement en accumulant les tubes : "Quand la musique est bonne", "Comme toi", "Au bout de mes rêves", "Je te donne". Artiste discret, en marge du show business, il est pourtant adulé par une foule de fans adolescents. Refusant les discours démagogiques, il aborde simplement les questions de son temps : la solitude ("La vie par procuration"), la condition féminine ("Elle a fait un bébé toute seule"), l'exil ("Là bas"), la pauvreté ("La Chanson des restos").

D'ordinaire très discret sur ses opinions, il revient en 1993 sur son héritage communiste, dans son album, "Rouge" (auquel participent les choeurs de l'armée rouge). Depuis 1990, son nom est associé à ceux de deux autres artistes avec lesquels il forme le trio Fredericks-Goldman-Jones : Carole Frederiks (choriste) et Michael Jones (guitariste rencontré du temps de Thaï Phong). Ensemble ils créent notamment "Né en 17 à Leidenstadt", chanson sur le racisme et la tolérance.

Jean-Jacques Goldman devient également un auteur-compositeur à succès, très prisé. Il écrit pour Johnny Hallyday ("Je t'attends", "Laura"), pour Patricia Kass ("Il me dit que je suis belle"), Florent Pagny ("Si tu veux m'essayer"), Khaled ("Aïcha"), Marc Lavoine et pour Céline Dion ("Pour que tu m'aimes encore").

En 1997, après deux disques en trio, il revient à la formule solo avec l'album "En Passant", qui se vend à plus d'un million d'exemplaires en une année. En novembre 2001, à 50 ans, il sort "Chansons pour les pieds", album de douze titres, réalisé avec Erick Benzi, sur lequel on retrouve Maxime Le Forestier et Gérald de Palmas ("Ensemble"). En 2002, il part avec ses musiciens en tournée. Depuis, il n'a pas publié de nouvel album.
 

60 ans de Jean-Jacques Goldman /Europe 1_ interview de Serge Hureau 

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM