Hess, Johnny

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1915-1983) - Compositeur, Interprète

Né à Engelberg, en Suisse, fan des jazzmen américains, il suit, au début des années 1930 à Paris, les cours d'une école de commerce, tout en fréquentant le soir les boîtes de jazz, en particulier le College Inn où il tient parfois le piano. Il y rencontre Charles Trenet, avec lequel il monte le duo Charles et Johnny, qui se produit à partir de 1933.

Le départ de Charles Trenet au service militaire en 1936 sonne la fin de Charles et Johnny ; Johnny Hess poursuit en solo. Il est un temps directeur artistique du Jimmy's, une boîte de jazz où il invite tous les musiciens américains de passage à Paris. Il poursuit sa carrière d'interprète avec "J'ai sauté la barrière" (Maurice Vandair/Johnny Hess,1938), et surtout avec "Je suis swing" (André Hornez/Johnny Hess, 1938) qui fait de lui, pendant l'Occupation, le chef de file du mouvement zazou (le mot vient du refrain de la chanson : za zou za zou zé).

Sur scène, il s'accompagne au piano dans un tour de chant qui inclut quelques romances, "Le Clocher de mon coeur" (Maurice Vandair/Johnny Hess, 1940), "Colombe", mais reste surtout un répertoire swing et zazou : "Rythme il est rythme", "Ils sont zazous" (Maurice Martelier/Johnny Hess, 1942). Il saute sur son tabouret, se décoiffe, fait le pitre : on le surnomme le Roi du swing.

En octobre 1940, il enregistre "ça revient" (Maurice Martelier/Johnny Hess), qui en ce début d'occupation allemande, évoque le retour à une certaine normalité : " ça revient, après la tourmente, ça revient, les petits oiseaux chantent... " Il continue de se produire pendant la guerre, à la radio, dans les cabarets (L'Aiglon, Le Doge...), au Théâtre de l'Etoile, à l'ABC, à Bobino... Après la Libération, il retrouve le chemin des studios. Il enregistre en juillet 1945, "Sweet, sweet, sweet", "Je suis Jitterburg" et " Soyez bref... ", puis en 1946, "Coktail", "Chanson du souvenir", "C'est facile à deviner" et "Absolument à vous". Le succès n'est pas au rendezvous.

Oublié du public, il poursuit sans trop de succès une carrière d'interprète et de compositeur ("J'ai peur de revenir" pour Yvette Giraud en 1952). Il décède à Paris en 1983.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM