Higelin, Jacques

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1940) - Auteur, Compositeur, Interprète

Jacques Higelin, artiste touche à tout, commence dès l'enfance à chanter des airs de Charles Trenet ou de Maurice Chevalier, et apprend la musique. A 15 ans il entre au cours Simon. Il décroche des rôles au cinéma, joue dans les théâtres et cafés-théâtres, et n'oublie pas la chanson. <--break->En 1961, il part faire son service militaire en Allemagne puis en Algérie. Il y rencontre Areski Belkacem, qui devient son ami et plus tard, le compagnon de Brigitte Fontaine. De retour à Paris en 1963, il reprend le cinéma et le théâtre.

En 1965, il se produit aux Trois-Baudets pour un récital Boris Vian et enregistre, encouragé par Jacques Canetti, un premier disque, "Douze chansons d'avant le déluge", en compagnie de Brigitte Fontaine. La rencontre avec Fontaine au début des années 1960 est déterminante dans sa carrière. Avec elle, il interprète son premier succès public : "Cet enfant que je t'avais fait" (1968). Ensemble ils montent également des spectacles : "Maman j'ai peur" (1963-1965) avec Rufus, "Niok" (1968), avec Areski Belkacem.

 
A cette époque, Pierre Barouh fonde la maison de disque Saravah, qui prône la liberté totale en matière de création artistique, bien loin des contraintes commerciales. La bande de Pierre Barouh enregistre et organise des spectacles. Jacques Higelin fait partie de l'aventure, comme Jean-Roger Caussimon, David McNeil, Areski Belkacem ou Brigitte Fontaine. En 1971, il enregistre un album solo, "Jacques crabouif Higelin", sur le label Saravah, et monte un spectacle délirant, fait de chansons, de comédie et d'improvisations au théâtre du Ranelagh. En décembre 1974, après une période d'absence, pendant laquelle il part loin de Paris et du monde du spectacle, il revient avec l'album "BBH 75 " ("Mona Lisa Klaxon", "Est-ce que ma guitare est un fusil ?", "Paris-New York, New York-Paris"), qui allie la musique rock et la chanson. En 1975, paraît "Irradié", auquel participe Louis Bertignac, futur guitariste de Téléphone.
 
L'année suivante, "Alertez les bébés", reçoit le Prix de l'Académie Charles Cros, véritable première reconnaissance critique et publique. En avril 1977, Jacques Higelin participe à la première édition du Printemps de Bourges. La même année, "Pars", extrait de l'album "No man's Land", devient un tube. En décembre 1979, il livre à son public deux disques, "Champagne pour tout le monde" et "Caviar pour les autres", enregistrés entre la Nouvelle Orléans et Le Studio d'Hérouville, dans le Val d'Oise.
 
Succès commerciaux, ces disques renferment des tubes comme "Tête en l'air" ou "Champagne". Jacques Higelin donne dans la foulée, un concert mémorable au pavillon Baltard, avant de se produire, un an après, en décembre 1980 au Théâtre de Mogador, d'où est tiré son premier enregistrement en public, "Higelin à Mogador", triple disques, trois fois disque d'or en mai 1981. Il ne cesse de tourner, et créé "Jacques Joseph Victor dort", un spectacle mêlant chanson, théâtre et danse, sur la scène du Cirque d'hiver à Paris. L'album "Higelin 82" contient de magnifiques chansons comme "La Ballade de chez Tao", véritable hymne à l'amitié et à la Corse, son pays d'adoption, mais également des morceaux rocks comme "Boogie rouillé", sur lequel on retrouve Louis Bertignac.
 
En 1985, il défend son nouveau disque "Aï", sur la scène de Bercy, pendant quatre semaines. On retrouve à ses côtés, le bassiste Eric Serra, le percussionniste Dominique Mahut, mais également Youssou N'Dour et Mory Kanté. Ce projet gigantesque est un semi-échec. Jacques Higelin prend alors du recul, sort un livre, "Lettres d'amour d'un soldat de vingt ans", tourne dans le film "Savannah", de Marco Pico et se remet à la composition. "Tombé du Ciel", sort en décembre 1998.
 
La chanson "Tombé du ciel" devient un tube, et Higelin repart à l'assaut du public, tout d'abord à la Grande Halle de la Villette, puis en tournée. A cette occasion, il retrouve Brigitte Fontaine, avec qui il interprète "Cet enfant que je t'avais fait". Durant les années 1990, il continue de se produire à Paris (Grand Rex, Cirque d'hiver, Casino de Paris, Cité de la musique) et en province, et réalise trois albums studio. Sur le dernier, "Paradis païen", sorti en 1997, il retrouve Areski Belkacem à la production.
 
En 2000, il enchaîne les concerts, en Amérique du Nord, en Afrique de l'Est, dans l'Océan indien, au Liban et à Madagascar. En novembre 2000, sort un nouvel album en public, enregistré lors de sa tournée 1999-2000. Le registre d'Higelin est très large. Si ses chansons peuvent être délirantes ("Attentat à la pudeur", "Dans mon aéroplane blindé"), il sait aussi être tendre ou rêveur ("La Croisade des enfants", "Le Parc Montsouris"), inquiétant et surréaliste ("Champagne"), drôle et léger ("Poil dans la main", "Tombé du ciel").

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM