Koger, Géo

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1895-1975) - Auteur

Géo Koger signe son premier succès, « Tango d'adieu », sur une musique de Léon Raiter, pour Berthe Sylva en 1927. Dans les années 1930, il écrit des chansons pour les revues, en particulier celles du Casino de Paris d'Henri Varna.

Parolier attitré et collaborateur de Vincent Scotto, il doit le plus souvent trouver les mots qui collent aux mélodies du compositeur. Ils signent ensemble des classiques du genre, tels que « J'ai deux amours », par Joséphine Baker en 1930, « Je ne suis pas bien portant », par Ouvrard en 1931, « Prosper », par Maurice Chevalier en 1935, ou « La Java bleue », interprétée par Fréhel en 1938 dans Une java de Claude Orval.

Surtout, Géo Koger, toujours sur des musiques de Vincent Scotto, accompagne l'ascension fulgurante de Tino Rossi, en lui écrivant un nombre impressionnant de succès : « Vieni vieni », « O Corse île d'amour », « Après toi je n'aurai plus d'amour », « Pour t'avoir au clair de lune » (1934), « Tchi tchi » et « Marinella » tout comme « J'aime les femmes c'est ma folie » et « Laissez-moi vous aimer » interprétées dans Marinella de Pierre Caron en 1936, « Bella ragazzina », « Chanson pour Nina », « Loin des guitares », « Chanson pour ma brune », (1936), « Ecoutez les mandolines » (1937).

Après la guerre, il collabore avec Georges Ulmer (« Un monsieur attendait » en 1946, « Pigalle » en 1947, « Casablanca » en 1948) et avec Lou Gasté (« Je veux » en 1955, « En dansant le cha cha cha » en 1956), pour des titres interprétés par Line Renaud. Il a écrit plus d'un millier de chansons.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM