Mama Béa

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1948) - Auteur, Compositeur, Interprète

Née à Avignon, Mama Béa (Béatrice Tekielsky de son vrai nom) n'a pas une enfance facile. Son père, violoniste polonais, meurt en 1964, laissant sa famille dans la pauvreté. De cette période elle gardera un souvenir violent et héritera d'un caractère bien trempé.

En 1968, elle vient participer à paris, à un concours de chant organisé par l'ORTF, et obtient le second prix. Elle tente alors sa chance dans les cabarets, où elle rencontre Bernard Dimey. Hélas, le succès n'est pas au rendez-vous, et elle décide de retourner dans sa région. Elle se produit dans le milieu alternatif : les MJC et les foyers des jeunes travailleurs. Artiste de convictions, foncièrement indépendante, elle mène sa carrière en dehors des médias. Admiratrice de Colette Magny, Mama Béa donne à ses chansons un caractère rock, que l'on retrouve chez Jacques Higelin et Bernard Lavilliers.

En 1971 sort un premier disque ("Un homme a crié", "La Route du progrès"). Mais il faudra attendre encore quelques années pour que son travail soit reconnu. En 1977, elle sort deux albums, "La Folle" et "Faudrait rallumer la lumière dans ce foutu compartiment", et participe au premier Printemps de Bourges.

En 1978 son quatrième album rencontre le succès grâce aux titres "Ballade pour un bébé robot" et "Soleil". Cette année là, elle fait son premier passage à l'Olympia. En 1979, elle sort son sixième album, contenant un titre de 14 minutes, "Le Chaos". Mais dans les années 1980, le vent tourne et sa maison de disque RCA résilie son contrat en 1984. Elle prète sa voix à Edith Piaf dans le film de Claude Lelouch, "Edith et Marcel" (1987).

Elle retrouve les faveurs du public dans les années 1990. Elle reprend "Les Anarchistes" de Léo Férré, qu'elle interprète sur scène aux Francofolies de La Rochelle. En 1994, sort une première compilation de ses chansons, suivie l'année suivante par un album en hommage à Léo Férré ("L'Affiche rouge", "Avec le temps", "Les Artistes", "La Mélancolie", "Ni dieu ni maître", "Les Poètes", "L'Age d'or"...). En 1998, paraît "Indienne", premier album de chansons originales depuis 1991.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM