Mathieu, Mireille

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1947) - Interprète

Née en 1947, en Avignon, dans une famille modeste de treize enfants, Mireille Mathieu abandonne très tôt l'école pour travailler. Comme Michèle Torr, autre méridionale, sa carrière commence par les radios crochets. A 18 ans elle gagne un concours de chant consacré à Edith Piaf, devant Georgette Lemaire.

Johnny Stark prend en main la carrière de cette chanteuse à voix populaire, qui va devenir l'une des plus célèbres représentantes de la chanson française à l'étranger. Dès 1967, elle se classe dans les hit-parades allemands. Tout au long de sa carrière, elle partira en tournée à travers le monde : l'Europe, les Etats-Unis (Ed Sullivan Show), l'URSS, le Japon, la Corée (où elle chante pour l'ouverture des Jeux Olympiques en 1988). Son premier succès reste « Mon Credo », en 1966. Cette année là, elle passe en première partie d'Hugues Aufray, France Gall et Sacha Distel à l'Olympia.

En marge de la vague yé-yé, elle enchaîne les tubes. Une voix, une coupe de cheveux aussi indémodable que les lunettes de Nana Mouskouri, une diction à l'ancienne (en roulant les "r"), Mireille Mathieu traverse les lieux et les époques. « J'ai gardé l'accent », « Paris brûle t-il ? », « La Dernière valse », mais aussi « Une femme amoureuse » (reprise de « Woman in love » de Barbra Streisand, 1980), et « Together we are strong » (1983, en duo avec Patrick Duffy, héros la série américaine Dallas), sont quelques-uns de ses plus grands succès.

Interprète du répertoire d'Edith Piaf, à laquelle elle est souvent comparée, Mireille Mathieu a également repris « Les Parapluies de Cherbourg » de Michel Legrand. Elle interprète avec Serge Lama, Michel Delpech et Juliette Gréco, l'oratorio de Francis Lemarque, « Paris populi », en 1977.

Elle remonte sur la scène de l'Olympia, à la fin de l'année 1985, après douze ans d'absence. En 1990, François Feldman assure la production de son nouvel album, « Ce soir je t'ai perdu », suivi à la fin de l'année par une série de récitals au Palais des Congrès. En 1993, elle rend hommage à Edith Piaf, à l'occasion du trentième anniversaire de sa mort, en lui consacrant un disque entier. Sur « Vous lui direz », sorti en 1996, Maxime Le Forestier lui compose une chanson, « A la moitié de la distance ».

Elle fait un triomphe à Las Vegas, habillée par le couturier Christian Lacroix, la même année. Elle chante une nouvelle fois en Chine en 1997, ainsi qu'au Vatican. Fin 1998, elle interprète les succès de ses trente-cinq ans de carrière sur la scène de l'Olympia. Elle reçoit la Légion d'Honneur en décembre 1999.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM