Noiret, Philippe

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1930-2006) - Comédien

Philippe Noiret naît à Lille le premier octobre 1930. Son père travaille dans la maison de confection Sigrand. La famille se déplace au gré de ses postes professionnels : Lille, Boulogne sur Mer, Berk, vers Lyon, Casablanca ( Maroc ) et enfin à Toulouse juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale. A la Libération, les Noiret emménagent à Paris. Philippe Noiret entre à Jeanson de Sailly. Dilettante, il est renvoyé et en 1947 intègre le collège religieux de Juilly. Il y décide de devenir comédien. Il s'y produit pour la première fois sur une scène dans les spectacles du collège.

Son baccalauréat en poche, Philippe Noiret suit les cours d'art dramatique de Roger Blin. Il est engagé ensuite au Centre dramatique de l'Ouest. Il y rencontre Jean-Pierre Darras (1927-1999). En 1953, il entre au TNP. Il y joue sous la direction de Jean Vilar, une quarantaine de pièces. Il y retrouve Jean-Pierre Darras. Un lundi de 1958, L'Ecluse, profitant d'un jour de relâche, donne un spectacle pour les Amis du TNP. Darras et Noiret proposent un numéro bâti autour d'improvisations (celles-la même avec lesquelles ils font rire leurs camarades entre les répétitions au TNP).

Ils sont engagés à l'Ecluse où ils se produisent après avoir joué au TNP (à partir de 22h30 - 23h). Il y jouent les sketches : C'est ma tournée, Louis XIV et Racine... Pendant quatre ans Darras et Noiret jouent à l'Ecluse puis aux Trois Baudets (1959-1960), à La Galerie 55, à l'Echelle de Jacob... En 1960, ils quittent le TNP. Ils se séparent en 1963.

Philippe Noiret continue sa carrière au cinéma. Il l'a entamée en 1960 dans Zazie dans le métro de Louis Malle. Ce dernier l'a d'ailleurs repéré à l'Ecluse. Philippe Noiret tourne dans plus de 150 films et devient un des acteurs français les plus populaires. Il a joué notamment dans : Les copains (Yves Robert, 1965), Alexandre le bienheureux (Yves Robert, 1968, avec Pierre Richard qui a débuté également à l'Ecluse), La grande bouffe (Marco Ferreri, 1973), L'Horloger de Saint-Paul (Bertrand Tavernier, 1974), Que la fête commence... (Bertrand Tavernier, 1975), Le vieux fusil (Robert Enrico, 1975), Un taxi mauve (Yves Boisset, 1977), Coup de torchon (Bertrand Tavernier, 1981), Fort Saganne (Alain Corneau, 1984), Les Ripoux (Claude Zidi, 1984), Cinéma Paradiso (Giuseppe Tornatore, 1988), Uranus (Claude Berri, 1990), J'embrasse pas (André Téchiné, 1991), Les Milles (Sébastien Grall, 1995), Les Grands ducs (Patrice Leconte, 1996), Père et fils (Michel Boujenah, 2003).

Au cours des années 1990, il revient au théâtre avec Les Côtelettes de Bertrand Blier (avec Michel Boucquet) puis en 2005-2006 avec Love Letters d'Albert Ramsdell Gurney (avec Anouk Aimée). Philippe Noiret est décédé d'un cancer le 23 novembre 2006.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM