Oberfeld, Casimir

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1903-1945) - Compositeur

Né en Pologne, il commence à composer pour l'opérette et le music-hall, mais s'illustre surtout, dès l'arrivée du cinéma parlant, dans la musique pour le grand écran. Dans les années 1930, il signe plusieurs dizaines de musiques de films, ainsi que les chansons qu'ils contiennent, la plupart dans un registre léger de fantaisiste.

Ses interprètes à l'écran sont, entre autres, Bach ("On n' m'a pas" en 1931, "J'arrose mes galons" en 1936), Fernandel ("Faut tout prendre du bon côté" en 1935, "Barnabé" en 1938, "Je suis une petite nature" en 1939), Milton ("C'est pour mon papa" et "J'ai ma combine" en 1930, "C'est papa c'est parisien" en 1931, "Ça n' fait rien si on rigole" en 1933, "Ça n'a pas d'importance" en 1937), Arletty ("La Femme est faite pour l'homme" en 1932) ou Mistinguett ("Pour être heureux… chantez", qu’elle interprète dans Rigolboche de Christian-Jaque, et "Au fond de tes yeux" en 1936).

Déporté pendant l'Occupation parce qu'il est juif, Casimir Oberfeld meurt au camp d'Auschwitz.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis
Portrait de Utilisateur anonyme

A propos de Casimir Oberfeld: auteur de la musique de l'opérette La Margoton du Bataillon; quelques mesures de la chanson qui donne le titre à l'oeuvre ont été "empruntées" par les auteurs de Maréchal nous voilà... Triste ironie de l'Histoire...

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM