Ogres de Barback

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

L’aventure du groupe Les Ogres de Barback, quatre frères et soeurs, commence en 1994 ; Sam l'aîné (violon, trompette, guitare, bugle, épinette des Vosges) fait alors partie d’un groupe de rock alternatif, Les Minoritaires. Son frère cadet Fred (accordéon, trombone, guitare, chant), apprend l’accordéon pour rejoindre la formation, qui dès lors compte neuf personnes. Face à la difficulté de trouver des lieux pour se produire, Sam et Fred monte un duo violon/accordéon et jouent indifféremment dans les rues, sur les marchés et dans les bars. On leur propose un concert et c’est tout naturellement qu’ils convient leurs deux sœurs jumelles Alice (violoncelle, contrebasse, scie musicale, chœurs) et Mathilde (piano, tuba, flûte traversière, clarinette, chœurs). L’expérience est concluante et le quatuor décide de continuer. Leur nom est trouvé par hasard dans le dictionnaire : ils transforment tout simplement « orgue de barbarie ». Les Ogres de Barback se produisent alors dans tous les lieux possibles pendant trois ans et se forgent un répertoire.

En 1997 sort leur premier album auto-produit Rue du temps. Ils le défendent sur scène, au Café de la Danse à Paris, mais également en tournée dans l’hexagone, ou lors de premières parties des Têtes Raides, de La Tordue, de Thomas Fersen, de Jacques Higelin… Peu à peu, les Ogres qui viennent d’une famille de musiciens (père pianiste et collectionneur d’instruments), deviennent multi-instrumentistes pour diversifier les arrangements de leurs chansons.

Avec Irfan (le héros) qui paraît en 1999, ils amènent une touche de musette et de fanfare à leurs couleurs tziganes d’origine. Leur style musical, ils le définissent simplement comme de la « chanson ». En fait, trois grandes influences se retrouvent dans leur musique : la chanson française des années 1950-60 avec Georges Brassens, Jacques Brel et Pierre Perret qu’ils écoutaient chez eux, le mouvement rock alternatif des années 1980, avec les Bérurier Noir, la Mano Negra, les Satellites ou les VRP, et toutes les musiques de l’Europe de l’Est. Ce mélange bien personnel est joué sur des instruments acoustiques avec une énergie rock, servi pars des textes néoréalistes, qui parlent tant de voyage, que des petites gens, de leurs révoltes et de leurs amours… L’esprit alternatif se retrouve dans l’auto-production de leurs disques et dans la volonté de posséder leur propre chapiteau afin de jouer partout dans de bonnes conditions, d’inviter des groupes, de se rapprocher de leur public en France comme à l’étranger. Ainsi après un festival où tous les groupes jouent bénévolement, en compagnie entre autres de Néry (ex-VRP), de Polo (ex-Satellites), des Matchboxx ou encore de Debout sur le Zinc, les Ogres achètent un chapiteau qu’ils baptisent Latcho Drom et montent une association.

Ils continuent de tourner, sortent un double album Fausses notes et repris de justesse en 2000. On y retrouve d’une part des morceaux de leurs deux premiers opus, enregistrés live notamment dans un bar, d’autres part des reprises de Georges Brassens, de Pierre Perret, de Renaud, des Têtes Raides, de la Mano Negra ou des Bérurier Noir. Pendant trois mois ils sillonnent les routes françaises en compagnie du groupe Les Hurlements d’Léo, avec lesquels ils se sont associés pour le chapiteau.

Ils en profitent pour écrire leur quatrième album Croc’ Noces (2001). Afin de financer un projet de tournée en Europe de l’Est avec les Hurlements, les deux groupes jouent ensemble en 2001 et enregistrent un disque en concert Un Air deux familles, pour lequel ils composent huit chansons originales. Avec le bénéfice des ventes ils se produisent au printemps 2002 à Bruxelles, Berlin, en Pologne, en Roumanie et en Suisse. En octobre suivant, Les Ogres de Barback transforment deux soirs de suite la scène de La Cigale à Paris en un véritable cabaret où se mêlent magiciens, conteurs, Les Matchboxx, Les Hurlements D’Léo, Néry, Polo, Debout sur le zinc, François des Bérurier Noir pour une reprise de « Salut à toi » et même Pierre Perret. Les Ogres ont d’ailleurs orchestré certaines chansons du nouvel album de ce dernier, Cui-là, paru en décembre 2002.

Les Ogres de Barback publient le 12 avril 2003, un disque de chansons pour enfants, La pittoresque histoire de Pitt Ocha, sur lequel chantent Polo, Néry, Les Hurlements d’Léo, Les Matchboxx, Charlotte etc., La Tordue… De nouveau en tournée, ils se produisent le 21 mai 2003, sur la scène du Café de la danse à Paris.

Le 8 avril 2004 sort Terrain vague, septième album des Ogres, composé pendant la tournée 2003. Le groupe s'est adjoint les services d'un orchestre symphonique amateur bordelais et de la Fanfare du Belgistan (3 sax, 1 trompette et 2 percus). Sur "3-0", chanson antifranchouillarde, chacun des huit couplets accueille un invité régional : Sanseverino (Paris), Loïc Lantoine (Lille), Les Hurlements d'Léo (Bordeaux), Tatou et Lux B de Massilia Sound System (Marseille)...

Pour fêter leur dix ans d'existence, Les Ogres de Barback entament une tournée française en octobre. Fred accompagné d'Alex Leitao (accordéon), Alice (contrebasse, violoncelle), Olivier Daviaud (piano, violoncelle) donne une douzaine de concerts en interprétant les chansons de Renaud de janvier à avril 2005. Le 3 mai 2005 sort Fredo chante Renaud, disque enregistré live à l'EMB de Sannois dans le Val d'Oise. Après quelques dates en mai et juin, Les Ogres tournent tout le mois de juillet, avec un passage aux Solidays le 9 et un autre le 14 au Francofolies sur la grande scène en compagnie de La rue kétanou, Sinsemilia et Marcel et son orchestre. Dès octobre 2005, ils sillonnent à nouveau les routes de France. Ils se produisent à l'Olympia les 17 et 18 janvier 2006.

Le 8 novembre 2005 sortent le CD live Les Ogres de Barback et la Fanfare du Belgistan et le DVD 10 ans d'Ogres et de Barback.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis
Portrait de Utilisateur anonyme

Bonjour je viens de tomber par hasard sur votre blog et je le trouve très bien merci d'avoir partagé tout cela avec nous.

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM