Perret, Pierre

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1934) - Auteur, Compositeur, Interprète

Pierre Perret naît le 9 juillet 1934 à Castelsarrasin (Tarn et Garonne). Ses parents tiennent un café au bord du canal de la Garonne. Après son certificat d'études, il part pour Toulouse et suit les cours du Conservatoire de Musique. Un premier prix de saxophone et un accessit de comédie en poche il monte à Paris. Il fréquente les cabarets. Il se lie d'amitié avec Georges Brassens qu'il admire. Il visite régulièrement l'écrivain Paul Léautaud.

Il vit avec la chanteuse Françoise LÔ (connue plus tard sous le nom de Sophie Makhno). En 1956, il l'accompagne à la guitare au cabaret La Colombe. Pierre Perret a déjà écrit à l'époque "Moi j'attends Adèle", "Qu'elle était jolie". Le patron de La Colombe, lui demande un soir de chanter. Bien qu'intimidé, il obtient un franc succès et décroche son premier engagement. L'année suivante, il accompagne Françoise Lô aux Trois Baudets.

Un soir il interprète quelques unes de ses compositions. Remarqué par Boris Vian et Jacques Canetti, Pierre Perret finit par signer un contrat avec Eddie Barclay. 1957 est l'année de son premier succès, "Moi j'attends Adèle", qu'il interprète lors de l'émission Musicorama, sur Europe 1, en public à l'Olympia. Mais bientôt des problèmes de santé l'obligent à quitter la scène.

Il revient en 1960 avec "Le bonheur conjugal". Il se produit aux Trois Baudets entre 1961 et 1963. Il enchaîne les succès avec des chansons pleines d'humour : "Tord-boyaux" (1963), "Les Jolies colonies de vacances" (1966), "Tonton Cristobal" (1967), plus tard "Le zizi" (1974), et "Ouvrez la cage aux oiseaux" (1977), repris dans toutes les cours de récréation.

Amateur des plaisirs de la table, il a écrit des livres de cuisine, Pierre Perret croque les mots avec gourmandise. Volontiers grivois, il aime la poésie érotique, l'argot, les bons mots, et les joyeuses compagnies. Mais son côté bonhomme ne doit pas faire oublier un autre aspect de son répertoire, avec des chansons plus délicates comme : "Lily" (1977) sur le racisme (reprise par Barbara dans son récital au Châtelet en 1993), "Blanche" (1966), chanson d'amour, ou "Mon P'tit loup" (1979). En 1983, il publie Le Petit Perret illustré par l'exemple dans lequel il dévoile l'étendue de sa culture argotique. En 1990, il reprend les "Fables" de Jean de la Fontaine qu'il réécrit en argot.

En 1993, il sort un nouvel album, Bercy Madeleine, puis reçoit en 1996, le Grand Prix de La Chanson Française. En 1998, toujours concerné par les problèmes de société, il traite de l'extrême droite dans son album La Bête est revenue. En 2003 paraît Çui-là, album pour lequel il a travaillé avec Les Ogres de Barback. Il est suivi en 2006 par Mélangez-vous. L'année suivante, Pierre Perret sort Le plaisir des Dieux, album de chansons paillardes.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM