Polnareff, Michel

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1944) - Auteur, Compositeur, Interprète

Fils du compositeur Léo Poll, il reçoit une solide formation musicale classique (il obtient un premier prix de solfège à l'âge de onze ans), avant de rompre avec sa famille et de vivre un temps en beatnik, apprenant pour l'occasion à jouer de la guitare pour faire la manche. Il est remarqué par Lucien Morisse, producteur de Musicorama sur Europe 1.

Son premier disque, enregistré à Londres en 1966, "La Poupée qui fait non", est un succès immédiat, suivi de "Love me please love me" et de "L'Amour avec toi", dont le refrain provocant pour l'époque lui vaut une interdiction d'antenne. Compositeur au service d'une voix à l'accent soul qui monte haut, orchestrateur habile qui introduit un son de Pop anglaise, il collabore d'abord avec l'auteur Franck Gérald ou signe à l'occasion ses textes, comme "Je suis un homme" pour répondre à ses détracteurs, ou "Tout tout pour ma chérie" en 1969.

A partir de 1969, Jean-Loup Dabadie devient son fournisseur de tubes : "Tous les bateaux, tous les oiseaux" (1969), "Dans la maison vide" (1970), "Holidays" (1972) ou "On ira tous au paradis" (1973). En 1972, il fait scandale en montrant ses fesses sur l'affiche de son spectacle à l'Olympia, un succès. Son retour mitigé sur la même scène en 1973 et des démêlés fiscaux l'incitent à s'installer aux Etats-Unis, où il enregistre un disque en anglais et écrit "Lettre à France".

Il effectue un retour triomphal en 1981, avec l'album Bulles, qui contient les tubes "Tam tam" et "Radio" et se vend à plus d'un million d'exemplaires. En 1985, Incognito, ne connaît pas le même succès, malgré des chansons comme "Viens te faire chahuter" ou "Dans la rue". En 1989, la chanson "Goodbye Marylou", sans promotion devient un succès, ainsi que l'album Kama Sutra, l'année suivante. Il vit alors cloîtré dans un hôtel parisien, dépressif et malade des yeux, et ne se produit plus sur scène.

En 1995, il retourne s'installer à Los Angeles et l'enregistrement de ses anciens succès au Roxy, célèbre salle de Sunset Boulevard, occasion d'un happening télévisé, est un succès discographique, témoin d'une popularité intacte. Michel Polnareff a également composé la musique de plusieurs films, dont l'Indiscret de François Reichenbach en 1969, la Folie des grandeurs de Gérard Oury en 1971 et Lipstick de Lamont Johnson en 1976.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM