Raymond Asso, le Pygmalion

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1901-1968) - Auteur

Raymond Asso naît à Nice le 2 juin 1901. Fils d’une famille désunie, il s’embarque pour le Maroc à l’âge de 15 ans. Pendant quatre ans, il est berger. A 18 ans, il s’engage dans les spahis et suit l’armée d’Orient en Turquie et en Syrie. En 1923, il revient à Nice. Dès 1924, il s’installe à Paris et enchaîne pendant une dizaine d’années les métiers les plus divers : chauffeur, directeur d’une fabrique, directeur d’une boîte de nuit…

Employé comme nègre d’un détective qui souhaite faire un film, il va même jusqu’à écrire la chanson qui accompagne le scénario. En 1933, Il finit par devenir parolier. Il rencontre Edith Piaf, alors débutante, chez Milarski, l’éditeur pour lequel il travaille. En 1936, il obtient un premier succès avec « Mon légionnaire », sur une musique de Marguerite Monnot. Créée par Marie Dubas, la chanson est reprise dès janvier 1937, par Edith Piaf. Au début de cette même année, il devient son compagnon et s'occupe de sa carrière. Edith Piaf depuis l'assassinat de Louis Leplée en avril 1936, n'a en effet plus de "manager"...

Raymond Asso se consacre dès lors exclusivement à son lancement. Il arrive, après moult tentatives et avec le soutien de Marie Dubas, à la faire passer à l'A.B.C. de Mitty Goldin le 26 mars 1937. Il l'éloigne de la rue Pigalle et de ses mauvaises fréquentations et l'installe dans un hôtel paisible de la butte Montmartre. Sont interdits de visite tous ceux qui peuvent avoir une mauvaise influence sur elle, y compris sa famille (son père et sa mère en l'occurrence). Raymond Asso va progressivement lui apprendre le métier : la scène, l'harmonie, la discipline, les vocalises... Il lui inculque également une hygiène de vie afin d'être en forme pour ses galas, la conseille dans sa façon de s'habiller, lui fait découvrir la littérature... Il lui faut également un nouveau répertoire.

Raymond Asso lui écrit de nombreux textes dont "Le Fanion de la Légion",  "J'en connais pas la fin", "C'est l'histoire de Jésus", sur des musiques de Marguerite Monnot ainsi que "Le grand voyage du pauvre nègre" sur une musique de René Cloarec, "Elle fréquentait la rue Pigalle" (composition de Louis Maîtrier), mais aussi "Mon amant de la coloniale", "Un jeune homme chantait", "C'est toi le plus fort", "Browning", "Le contrebandier", "Paris-Méditerranée" (1938), "C’est lui que mon cœur a choisi" (1938), "Je n’en connais pas la fin", "Les deux copains"... La mobilisation française le premier septembre 1939 met fin à leur relation. Raymond Asso est envoyé à Digne. Edith Piaf interprète régulièrement les chansons de Raymond Asso au moins jusqu'en 1942. Par contre, elle ne lui demandera aucun nouveau texte par la suite.

Raymond Asso n'en continue pas moins d'écrire et d'être chanté : Jean Lumière enregistre, en 1940, "Notre-Dame de la garde", Hélène Sully interprète "Les prisons de France", Damia grave avec succès "Tout fout le camp". 

Après-guerre, Raymond Asso reprend sa carrière d'auteur. Il écrit "La java du bonheur du monde" pour Lucienne Delyle qui chante également "C’est la chanson de Paris" (1955) et "La vie est belle". Il est interprété autant par Yves Montand ("Ninon, ma ninette", 1954), que par Lys Gauty ("Un petit bouquet de violettes"), Catherine Sauvage ("Berceuse pour demain", 1955, "Mon coeur qui battait", 1956), André Dassary ("Des pays merveilleux"), Les Frères Jacques ("Mon ami m’a donné une fleur", "Mais les vrais amoureux"), Marc et André ("Le lapin et les chameaux"), Tino Rossi ("Mon printemps", 1956, "O ma mie o ma Mireille"), Colette Renard ("Suis moi, t'en auras") ou encore Annie Cordy ("La chanson du Marsupilami", 1960)... Il obtient un énorme succès avec "Comme un p'tit coquelicot", créé en 1953 par Mouloudji.

Raymond Asso a enregistré quelques disques, notamment Roland à Ronceveaux et Peau d'Âne, pour les enfants. 

De 1962 à 1968, il est administrateur de la SACEM. Il décède le 24 octobre 1968 à Paris.

 

Crédits des chansons à écouter ci-dessous :

Mon légionnaire par Edith Piaf (Raymond Asso / Marguerite Monnot), JBM, SEMI, 1937 / Paris-Méditerranée par Edith Piaf (Raymond Asso / Marguerite Monnot), JBM, SEMI, 1937 / Le grand voyage du pauvre nègre par Edith Piaf (Raymond Asso / René Cloërec), JBM, Beuscher, 1938/ Elle fréquentait la rue Pigalle par Edith Piaf (Raymond Asso / Louis Maitrier), JBM, Beuscher, 1939


EXTRAITS AUDIO :
 

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM