Reggiani, Serge

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1922-2004) - Interprète

Sergio Spagni est né à Reggio, en Italie. Sa famille s'installe en France en 1930 pour fuir le régime de Mussolini. D'abord apprenti coiffeur, il s'oriente vers la comédie et entreprend un belle carrière au théâtre et au cinéma : Les Portes de la nuit, Casque d'or, Le Doulos... Il se lance dans la chanson à quarante ans passés, sous l'impulsion de Jacques Canetti qui lui fait enregistrer en 1964, des chansons de Boris Vian ("Je bois", "Le Déserteur", "Arthur où t'as mis le corps").

L'album se voit récompensé par le Grand Prix de l'Académie Charles Cros, et bien qu'il ne reçoive pas l'accueil escompté, Serge Reggiani entreprend alors une double carrière d'acteur et de chanteur. Pour ses enregistrements suivants, encore un Grand Prix du Disque en 1968, il fait appel à des auteurs qu'il choisit : Albert Vidalie ("Les Loups sont entrés dans Paris"), Jean-Loup Dabadie ("Le Petit Garçon") ou Georges Moustaki ("Sarah", "Ma solitude"). Il assure la première partie de Barbara en 1966 à Bobino, avant d'y passer en vedette pour la première fois en 1968. Sur scène, il met son métier d'acteur au service de son interprétation, en même temps qu'il forge un répertoire de tendresse, de mélancolie et d'ironie, jouant volontiers de son âge et de ses blessures.

Après la période yé-yé, il est un des premiers à imposer avec succès le retour des chansons d'interprète. Il alterne films, disques et scène et continue d'étoffer son répertoire au gré des artistes dont il suscite la collaboration : Georges Moustaki ("Votre fille a 20 ans", 1968), Gérard Bourgeois ("L'Homme fossile", 1968), Maxime Le Forestier ("Ballade pour un traître", 1970), Jean-Loup Dabadie ("Ma fille", 1971), Claude Lemesle ("Venise n'est pas en Italie", "Le Barbier de Belleville", 1977), Michel Legrand ("J't'aimerai", 1979), Guy Béart ("C'est après que ça se passe", 1984), Didier Barbelivien ("Le 421", 1995) ou l'arrangeur Alain Goraguer.

Un public fidèle vient le voir sur scène, à Bobino (de nouveau en 1969, 1971 et 1977), à la Fête de l'Humanité (1975), à la première édition du Printemps de Bourges (1977), à l'Olympia (1981, 1983, 1984, 1989, 1991, 1995) et au Palais des Congrès (1993, 1997), où lors de son dernier passage il expose certaines de ses peintures. Un an après la sortie de l'album Les Adieux différés, Serge Reggiani enregistre en 2001, avec Jean Dréjac et Michel Legrand, un disque intitulé Enfants, soyez meilleurs que nous.

Le 2 décembre 2002, année de ses 80 ans, paraît Autour de Serge Reggiani, un album hommage où l'on croise entre autres, Bernard Lavilliers, Patrick Bruel, Magyd Cherfi du groupe Zebda, Renaud, Arno ainsi que Bénabar ou encore Sanseverino. En mars 2003, il chante deux soirs au Palais des Congrés à Paris. A l'automne suivant sort Succès et confidences, un double album, constitué de ses succès et de lettres inédites destinées à des proches, qu'il dit... Le 1er février 2004, il entame une nouvelle série de concerts avec un passage à l'Olympia le 23.

Depuis quelques années délaissant le cinéma, il s'adonne à la peinture, sa nouvelle passion. Serge Reggiani est décédé d'un arrêt cardiaque à son domicile parisien dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 juillet 2004. Il était âgé de 82 ans.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM