Robert, Yves

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1920-2002) - Réalisateur, Acteur, Metteur en scène, Producteur

Né le 19 juin 1920 à Saumur, Yves Robert entre jeune dans la vie professionnelle, faisant divers métiers tels que terrassier, pâtissier et typographe. Il se découvre en 1941 une vocation pour la scène et débute en tant qu’acteur en 1943 à Lyon, avec la Compagnie Grenier-Hussenot.

Dès septembre 1948, il est l’un des animateurs du cabaret La Rose Rouge à Paris, y monte des spectacles, avec Les Frères Jacques, ou encore Jean Rochefort (L’opéra des Girafes et Branle-bas de Combat de Prévert et Kosma, Les exercices de style de Queneau, La Complainte de Fantômas de Desnos…). En 1948, il débute au cinéma dans Les Dieux du Dimanche de René Lucot.

A partir des années cinquante, il mène, parallèlement à sa carrière d'acteur (Juliette ou la clé des songes, 1950, Les grandes manœuvres, 1955…), une activité de réalisateur entamée en 1951 avec un court métrage, Les Bonnes manières. Il dirige Les Hommes ne pensent qu’à ça en 1954, puis Ni vu, ni connu (1958) avec Louis de Funès encore débutant.

La Guerre des boutons, adaptation du roman de Louis Pergaud, le fait connaître du grand public. Suivent Bébert et l’omnibus (1963), Alexandre le bienheureux (1967), fable poétique avec Philippe Noiret. Il réalise un pastiche de James Bond, mettant en scène Pierre Richard, avec Le grand blond avec une chaussure noire (1972) et sa suite Le retour du grand blond (1974). Il fait le délice du public avec l’histoire de quatre amis quadragénaires (Jean Rochefort, Claude Brasseur, Guy Bedos et Victor Lanoux) dans Un éléphant ça trompe énormément (1976) et Nous irons tous au paradis (1977). Il dirige une nouvelle fois Jean Rochefort dans Courage Fuyons (1979) et Pierre Richard dans Le Jumeau (1984).

En tant qu’acteur, on le remarque dans Le Juge et l’assassin (Bertrand Tavernier, 1975), Un mauvais fils (Claude Sautet, 1980), Garçon (Claude Sautet, 1983), Le crime d’Antoine (Marc Rivière, 1989)… En 1990, il adapte deux romans de Marcel Pagnol, La Gloire de mon père et Le château de ma mère avec Philippe Caubère dans le rôle principal. Il tourne encore deux films en tant que réalisateur dans les années 1990 : Le Bal des casse-pieds (1992) et Montparnasse Pondichéry (1994). Il continue d’apparaître au cinéma en tant qu’acteur notamment dans Disparus de Gilles Bourdos (1998). Yves Robert a également produit des films. Il est décédé le 10 mai 2002.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM