Rochereau, Tabu Ley

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

Rochereau Tabu Ley est né en 1940 à Bagata (ex-Congo belge). Il doit son surnom “Rochereau” au fait qu’il a su répondre en classe à une question d’histoire portant sur le colonel Denfert-Rochereau, défenseur de Belfort en 1870. Gagnant d’un concours de chanson organisé à Léopoldville (future Kinshasa) en 1955, il est recruté quatre ans plus tard par le plus prestigieux orchestre de l’époque, l’African Jazz de Kabasélé, en raison de sa superbe voix “en si majeur”.

Après avoir vécu les grandes heures de cette formidable machine à swing, il décide en 1963 de voler de ses propres ailes, et fonde, avec le grand guitariste Docteur Nico, l’African Fiesta. Il se fait alors rénovateur de la rumba : guitares, saxos, fond rythmique assuré par le tam-tam ancestral, et introduction de la batterie européenne.

Il met également en avant le rôle de la seconde voix, insiste sur la place de la guitare leader, et porte à la chorégraphie une attention particulière, certainement due à l’influence de Claude François et de James Brown, qui ont alors un grand impact en Afrique centrale.

Entouré de ses “Rocherettes” et de brillantes voix féminines formées par ses soins (notamment Mbilia Bel et Faya Tess), Rochereau Tabu Ley organise de longues tournées qui le font apprécier au niveau international.

En 1970, il est le premier artiste africain à se produire à l’Olympia et, dans les années 80, il conquiert les grandes salles américaines de New York, Austin et Los Angeles. A partir de 1986, ses rapports avec le pouvoir de Mobutu devenant extrêmement tendus - sa vie sera même menacée et une partie de ses biens pillés -, il choisit de partager sa vie entre l’Afrique du Sud, les Etats-Unis et la France.

Auteur de plus de 1500 chansons en lingala, dont certaines portent la marque de Brel ou Brassens, de 150 albums souvent promus disques d’or, celui qui fut baptisé “Seigneur” par ses fans incarne une chanson populaire qui, tout en accordant une grande place à l’amour, sait aussi aborder les questions sociales.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM