Sablon, Jean

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1906-1994) - Interprète

Fils d'un compositeur chef d'orchestre et frère de la chanteuse Germaine Sablon, il commence à se produire en 1923 aux Bouffes-Parisiens, dans des revues dont la vedette est Dranem. Damia le fait engager à ses côtés en 1929 au Théâtre de la Renaissance. En 1931 il participe à La Revue Argentine, enregistre dans la foulée quelques tangos, puis rejoint Mistinguett dans sa revue au Casino de Paris. Il participe au souffle d'air frais apporté par les chansons de Jean Nohain et de Mireille en enregistrant avec elle et Pills et Tabet ses fameuses opérettes disquées ("Vieux château", "C'est un jardinier qui boîte", "Ce petit chemin") en 1933.

Tout en continuant à apparaître dans des revues, il innove (comme Jean Tranchant) en se faisant accompagner par des musiciens de jazz, Django Reinhardt, André Ekyan et Alec Siniavine. Il enregistre alors deux de ses chansons fétiches : "Puisque vous partez en voyage" (de Mireille) et "Vous qui passez sans me voir" (de Charles Trénet et Johnny Hess) qui reçoit le Grand Prix du disque en 1937 et deviendra son indicatif.

En 1936, au Mogador-Music-Hall puis à Bobino, il innove encore en utilisant un micro sur scène ; il s'en sert pour mettre en relief les inflexions et les nuances de sa voix (celle d'un crooner élégant et swing), restaurant ainsi avec le public une intimité que seuls rendaient possible le disque et la radio. Cette révolution lui vaut les sobriquet de "chanteur sans voix" ou "petit qu'a l'son court", mais le public est conquis. Il part aux Etats-Unis en 1937, où on lui propose émissions de radio et shows, et où il devient le "french troubadour". Il y enregistre entre autre sa version swing de "Sur le pont d'Avignon".

Il fait sa rentrée en France à l'ABC en 1939, à guichets fermés, avec un titre anonciateur, "Je tire ma révérence". Il est au Brésil quand la guerre est déclarée ; il s'y installe et entreprend des tournées dans toute l'Amérique du Sud et aux Etats-Unis. C'est au Brésil qu'il retrouve l'orchestre de Ray Ventura et ses Collégiens, et parmi eux Paul Misraki dont il enregistre en 1942 "Insensiblement" et "Le Petit souper aux chandelles". C'est encore à l'ABC qu'il fait sa rentrée française en 1946, accompagné par l'orchestre de André Ekyan. Il enregistre peu après "Clopin-clopant" (de Pierre Dudan et Bruno Coquatrix), dont il fait un tube aux Etats-Unis sous le titre "Comme-ci comme-ça".

Jean Sablon poursuit sa carrière entre ses tournées américaines (puis jusqu'au Japon) et ses rentrées françaises : Olympia en 1954, Théâtre Daunou en 1961, date à laquelle il crée "Syracuse", de Bernard Dimey et Henri Salvador. Vedette internationale, il se produit alors avec parcimonie en France, pour des soirées de gala ou des émissions de télévision, et quitte définitivement la scène en 1984 à Rio.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM