Satellites

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

1985-1994

Fin 1985, Les Satellites commencent à répéter. Les musiciens sont issus de Tonton et mort et d’un groupe de punk-rock, Abject. Polo a rencontré Roro, le batteur, au Lycée La Bruyère de Versailles. Au bar d’en face, ils font la connaissance d’Arnold (ou Arnaud, guitares), Mr Miel (ou Jean-mi, basse), Jef (trombone, chœurs) , Sabine (chœurs) et Poulpe (trompette).

En 1986, Les Satellites donnent leur premier concert au Cithéa, à Paris. Ils jouent également dans des squats punks, comme celui de Botzaris, avec des groupes plus âgés, ainsi qu’au Rose Bonbon et au Gibus. Bondage sort leur premier album, sans qu’aucun contrat ne soit signé.

Du grouve et des souris est enregistré en août 1987 au Quai de la Gare, en 11 jours, mixage compris. Les morceaux proposent un rock très sixties, rehaussés d’une section de cuivres (« Les voisins du dessus », « Les grandes familles ») parfois teintés de funk (« Melon hat »), le tout sur des textes drôles et légers. Les Satellites partent en tournée, passent dans tous les festivals de rock alternatif, avec les Bérurier Noir, les Ludwig Von 88, Les Wampas (la section de cuivre des Satellites et Sabina participent même à l’enregistrement de Chauds, sales et humides en 1988) et La Mano Negra. Sur scène, Les Satellites jouent avec des casques de cosmonautes en résine, des combinaisons blanches et des séchoirs pour figurer des pistolets de l’espace.

Leur deuxième opus, Riches et célèbres, sort en 1989. Plus arrangé que le précédent, avec notamment plus de travail sur les cuivres, il n’en continue pas moins de proposer un rock efficace (« Les situations claires », « Les Américains »). Dans « Riches et célèbres », Les Satellites se démarquent clairement du reste du mouvement alternatif avec humour, et chantent : « Salut c’est nous / Nous sommes Les Satellites / Tous de sales bourgeois / Nous faisons semblants d’être alternatifs / on vient de Versailles / Et ça se voit… ». Le groupe part de nouveau en tournée et passe au Bataclan et à l’Olympia à Paris.

En 1990 paraît Pied orange. De nouvelles influences apparaissent dans la musique du groupe. A cette période les musiciens écoutent Les Rolling Stones. Leur manière de jouer de la guitare évolue. Certains morceaux prennent une tonalité très rock seventies (« Ma grand-mère », « Rice cooker », « Le nez à la place de la bouche »,« Ce matin »). « Minie Moog » lorgne du côté du reggae, musique que Roro le batteur affectionne. Les Satellites reprennent la route et passent une nouvelle fois au Bataclan. Ils jouent également en prison. Polo se rend compte que ses paroles n’apportent rien aux détenus. Il se met alors à travailler ses textes.

Pour 4, sorti en 1993, le groupe bénéficie d’une vrai pré-production. De plus l’enregistrement dure un mois tout comme le mixage. Cet album reste à ce jour le préféré de Polo. « Voyage au long cours » préfigure ce qu’il fera par la suite en solo. « Muzor » bénéficie d’une rythmique groove. Le reste des morceaux sonne toujours très rock (« Les petites voitures », « Les idées faciles d’accès », « Maman est une héroïne », « J’aime », « Les tambours »). En même temps, Les Satellites enregistrent un CD 4 titres, avec Saï Saï, Les Satelittes capturent Saï Saï, très raggamuffin, avec parfois un peu de rock (« Protégez les bébés »). Les deux groupes partent en tournée d’été sur la côte Atlantique.

Puis les Satellites tournent seuls jusqu’en 1994 (passage à La Cigale). Ils décident alors d’un commun accord de se séparer. Polo désire arrêter le rock et s’oriente vers la chanson. Roro est plus attiré par la programmation électronique, le reggae, le hip hop et devient réalisateur (Anouk, et premier album de Magyd Cherfi chanteur de Zebda, fin 2003). Jean-Mi part jouer avec Les Wampas. Sabina travaille dans la PAO, et réalise des pochettes de disques. Arnaud continue un temps d’accompagner Polo à la guitare, tout comme Jef au trombone (il rentrera dans une maison de disques tout en étant le manager de Polo).

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM