Solidor, Suzy

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1906-1983) - Interprète

Née à Saint-Servan près de Saint-Malo, elle débute à Paris comme mannequin, notamment pour la maison de couture Lanvin. Elle devient vite modèle pour de nombreux peintres : Foujita, Van Dongen, Picabia, Domergue... En 1933, elle ouvre son cabaret, La Vie Parisienne, et adopte le pseudonyme de Solidor, du nom d'une tour du XV ème siècle qui domine l'entrée de la Rance à Saint-Servan.

Elle y débute en interprétant "Ouvre" (Edmond Haraucourt/Laurent Rualten), puis "La belle croisière" (Louis Poterat/Frantz Waxman), "Les Filles de Saint-Malo" (Valandré/Jacqueline Batell) et "Miss Otis regrette" (L. Palex-L. Hennevé/Cole Porter).

Elle se produit sur la scène de L'Européen en 1934 et à l'ABC en 1938, mais c'est au cabaret, et en particulier dans le sien (La Vie Parisienne, puis Chez Suzy Solidor) qu'elle fait l'essentiel de sa carrière.

Surnommée "la fille aux cheveux de lin", elle y interprète de sa voix grave un répertoire réaliste-poétique : "Mon légionnaire", "Johnny Palmer", "Si j'étais une cigarette", ou "Escale", écrit pour elle en 1938 par Jean Marèze, frère de l'écrivain Francis Carco, et Marguerite Monnot. Elle dit ou chante des poèmes de Jean Cocteau et d'Henri Heine. En janvier 1942, elle interprète la version française de "Lily Marlene" (Henry Lemarchand/Norbert Schultze), dans son cabaret, puis le mois suivant à Radio-Paris.

Pendant toute la période de l'occupation, son cabaret reste ouvert et accueille de nombreux officiers allemands. A la Libération, elle passe devant le comité d'épuration des artistes et reçoit un blâme et l'interdiction d'exercer pendant un an. Elle continue sa carrière d'interprète et dirige son cabaret (avec au mur plus d'une centaine de portraits la représentant) jusque dans les années 1960.

Elle se retire à Cagnes-sur-mer où elle décède en 1983.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis
Portrait de Utilisateur anonyme

Contrairement à la légende, Suzy Solidor n'a jamais été mannequin, ni chez Lanvin, ni ailleurs. Voir à ce sujet la biographie de Marie-Hélène Carbonel.

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM