Taha, Rachid

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

1958

Né à Oran en Algérie, en 1958, Rachid Taha, arrive avec sa famille dans les Vosges en 1968. En 1979, il parcourt le pays en tant que VRP, en vendant des ouvrages de littérature française, puis rejoint le foyer familial dans la banlieue lyonnaise. En 1981, après divers petits boulots, il devient employé d'une fabrique de matériel de chauffage. Il y rencontre deux jeunes musiciens avec lesquels il fonde, la même année, Carte de Séjour.

Premier groupe de rock arabe, Carte de Séjour, intègre de multiples influences dans sa musique : funk, rock anglais et quelques éléments raï (Taha est né dans l'Oranais, berceau géographique de ce courant musical). Ce travail de pionnier en matière de fusion et du métissage des cultures inspirera d'autres formations comme les Négresses Vertes ou la Mano Negra. Après deux albums et le succès médiatique en 1986 de leur reprise du titre "Douce France" de Charles Trenet, le groupe se sépare en 1989.

Rachid Taha sort son premier opus solo, "Barbès" en 1990, en pleine guerre du Golfe, ce qui lui vaut de ne pas passer à la radio. Ce disque mélange déjà instruments traditionnels et instruments électriques sur des rythmes très dansants, chant en arabe et en français, orientation qui sera présente sur chacun de ses disques. En 1993, la chanson "Voilà, Voilà", dénonçant la montée de l'extrême droite en France, déclinée sur un rythme techno, est un succès dans les boîtes londoniennes. Sur le même album, le titre "Ya Rayah", joyau de la tradition chaâbi (genre musical né dans la casbah d'Alger et répandu en France par Dahmane El Harrachi) démontre l'attachement de Taha à la chanson traditionnelle.

En 1998, l'album "Dîwan", réalisé avec la complicité de Steve Hillage, producteur de tous ses disques solos, rend hommage aux artistes les plus importants de la chanson arabe comme Farid El Atrache, Akli Yahiatène, Khelifi Ahmed, El Hadj El Anka, Nass El Ghiwane et, bien sûr, Dahmane El Harrachi. Rachid Taha revisite avec respect, mais avec les moyens d’aujourd’hui et quelques touches personnelles, le langage musical d’hier. Sa reprise de "Ya Rayah" est cette fois un succès international : numéro un en Egypte et au Liban, mais également en Colombie, en Turquie, en Grèce et en Azerbaïdjan. Le 26 septembre 1998, Taha est présent sur la scène de Bercy à Paris, aux côtés de Faudel et de Khaled, devant 15 000 personnes. Au printemps 1999, il chante pour la première fois en Egypte, au Caire et à Alexandrie.

En 2000 sort "Made in Medina", mélange de rock, de techno et de musiques traditionnelles arabes. Enregistré entre l'Afrique, l'Europe et les Etats-Unis (La Nouvelle- Orléans), l'album bénéficie de la présence d'artistes d'horizons différents comme le groupe marocain B'net Marrakech ou les Louisianais Galactic. Le oud (luth arabe), le guembri (luth à trois cordes), le bendir (tambour), le violon y côtoient la guitare électrique et les machines. Taha rend hommage à Cheikha Rimitti, la "mère" du raï avec la chanson "En retard", pratique le francarabe dans "Ho Chérie, chérie". Il réussit une fois encore la synthèse entre passé et modernité, en créant un univers sonore et rythmique audacieux.

En février 2001, "Made in Medina" est récompensé par une Victoire de la musique, dans la catégorie album musiques traditionnelles et musiques du monde.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM