Vaucaire, Cora

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1918-2011) - Interprète

Cora Vaucaire, Geneviève Collin pour l’état civil, naît à Marseille le 22 juillet 1918. Fille d'un armateur, elle est élevée dans un pensionnat de sœurs avant de monter à Paris suivre des cours de comédie. En 1938, elle commence à chanter dans les cafés des chansons de Charles Trenet, de Jean Tranchant et de Mireille, et rencontre l'auteur Michel Vaucaire qu'elle épouse.

A partir de 1941, elle joue et chante dans la compagnie d'Agnès Capri. Après la Libération, elle anime une émission régulière à la radio ; elle y développe son répertoire, où prennent place les chansons d'Aristide Bruant (« Rose blanche »), de Benech et Dumont (« L'Hirondelle des faubourgs »), ou les œuvres du patrimoine (« Aux marches du palais », « Le Prisonnier de Nantes »). Elle se produit dans les cabarets, en particulier L'Echelle de Jacob dont elle est la vedette.

Son répertoire s'enrichit des chansons de Jacques Prévert et Joseph Kosma, elle est la créatrice du titre « Les Feuilles mortes », tout autant que de celles de Michel Vaucaire, son mari (« Frédé », « Les Jardins de Paris »). On la surnomme alors la Dame Blanche de Saint-Germain-des-Prés. En 1952, elle enregistre « Quand tu dors », un des premiers textes mis en musique de Jacques Prévert (composition de Christiane Verger en 1936). Elle chante régulièrement à l'Ecluse à partir de la même année. Elle y interprète notamment « La chose aurait pu » de Maurice Vaucaire et Georges Van Parys. Elle y croise Barbara (elle sera la première à enregistrer « Dis quand reviendras-tu »). Cora Vaucaire l’incite à l’époque à chanter ses propres textes.

Récompensée trois fois par le Grand Prix du Disque, elle enregistre aussi pour le cinéma : « Je ne vois qu'elle » en 1949, de Jean Wiener, « La Complainte de la butte » dans French Cancan de Jean Renoir en 1954, « La Ballade des truands » dans Les Truands de Carlo Rim en 1956, « Trois petites notes de musique » dans Une aussi longue absence de Henri Colpi en 1960, ou « Le Rendez-vous de minuit » dans le film du même nom de Roger Leenhardt en 1962, sur une musique de Georges Auric.

Elle enregistre un disque consacré à Jacques Prévert, poèmes et chansons, qu'elle interprète en 1966 au Théâtre de l'Oeuvre ; puis un disque de nouvelles chansons, avec des auteurs comme Anne Sylvestre ou Jacques Debronckart en 1970. Artiste de cabaret toute en nuance, elle rassemble un public enthousiaste au Théâtre de la Ville en 1973 ou au Théâtre Dejazet en 1992. Elle se produit une unique fois sur la scène mythique de l’Olympia en 1991. En novembre 1999, elle donne son dernier grand récital au Théâtre des Bouffes du Nord.

Cora Vaucaire est décédée le samedi 17 septembre 2011.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis
Portrait de Utilisateur anonyme

pour moi, l'artiste la plus sensible, à la voix si fraîche, de la chanson médiévale et montmartroise. Avec Jacques Douai, une interprète incomparable. Et Il n'est pas surprenant qu'elle se soit trouvée des affinités avec Barbara

Portrait de Utilisateur anonyme

Une des plus belles voix sinon la plus belle et quelles belles chansons ! Je suis toujours ému quand je l'entends.
Elle n'a pas eu l'hommage qu'elle méritait.
Jycathel

Portrait de Utilisateur anonyme

Merci Cora Vaucaire, j'ai toujours eu en tête son visage et sa voix
souvenirs de jeunesse, sa blonde douceur...

Portrait de Utilisateur anonyme

encore une grande dame de la chanson ,qui nous quitte .

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM