Zedess

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

1966

Zondo Seydou est né 1966 de parents burkinabés, dans un village du sud de la Côte d’Ivoire. Enfant, il joue du bara, calebasse recouverte de peau, et en 1990, membre de l’orchestre de l’Université de Ouagadougou (capitale du Burkina), il enregistre son premier titre.

Deux ans plus tard, devenu Zêdess, il s’enhardit avec une cassette intitulée Y’a du boulot. Le climat politique du Burkina est alors favorable : c’est le début d’une ouverture politique marquée notamment par la multiplication de journaux satiriques et de stations sur la bande F.M. En chantant les galères de jeunes Burkinabé, Zêdess fait mouche.

En 1995, il récidive avec un album beaucoup plus ambitieux, Embouteillage, enregistré à Abidjan. Il y narre avec humour la vie ouagalaise, ses fins de mois difficiles, ses amours contrariées et ses difficultés avec une administration tatillonne, tout en dénonçant certains vices endémiques de la société africaine urbaine. Cet album lui vaut une tournée à guichets fermés dans les grandes villes de son pays, et une notoriété qui dépasse vite les frontières - mais il n’abandonne pas pour autant son poste de professeur d'anglais à Ouaguadougou. Sa musique, il la concocte à la croisée du reggae et du folklore burkinabé, avec ses rythmes traditionnels warba ou wiré. La langue compte beaucoup pour lui, et il choisit le français afin d’élargir son auditoire. Satirique et moralisateur, il pense que le chanteur peut agir sur la société, à son échelle.

En 1997, il poursuit dans la même veine contestataire avec Où allons nous ? Un album où deux titres en particulier vont faire des vagues : Directeur voleur et Abus d’autorité, l’un fustigeant la corruption, et l’autre, les séquelles d’une colonisation qui a engendré des régimes bien peu démocratiques.

En 2000, toujours fidèle à sa réputation de “poil à gratter”, il sort l’album Accroche-toi, dans lequel il continue de porter un regard lucide, amer et tendre, sur ses contemporains, d’où qu’ils viennent - avec la France comme une mobylette, il épingle joyeusement la société française.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM