Européen

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

Emplacement

L'Européen
5 rue Biot, Paris 17e
France

L'Européen ouvre en février 1872 sous le nom de Grand Concert-Européen. Salle de spectacle construite en bois et en moellons, elle accueille des concerts plus de trois fois par semaine. Ce café-concert peut recevoir 600 personnes réparties entre le rez-de-chaussée, le pourtour, la première et la seconde galeries et les loges.  La scène n'est pas très spacieuse (trois mètres de profondeur).

L'Européen qui connaît des fortunes diverses et plusieurs changements de direction, voit en 1890 les débuts de Polaire âgée de 14 ans. Au même programme, on retrouve son frère le comique troupier Edmond Dufleuve. Depuis 1889, Charles Debasta et sa femme dirigent l'Européen. Harry Fragson s'y produit, tout comme Kam-Hill, le chansonnier  Georges Tiercy ou encore Adèle Verly. On y présente des comédies, des revues ou des opérettes. En 1897, Alfred Maris reprend le bail de la salle, la restaure et programme de nouveaux artistes parmi lesquels : Gaston Dona et Mansuelle

Le 23 mai 1898, les époux Varlet, directeurs de la Gaîté-Rochechouart rachètent l'Européen. La baguette du chef d'orchestre est tenue par Henri Christiné. Pendant trois années, la salle ne désemplit pas. Le premier janvier 1902, Numès, reprend la salle sans succès. En 1904, Miss Mary Nilson dirige l'Européen. Elle fait entièrement restaurer la salle et renouvelle la troupe (Ernest Vaunel, Daubreuil, Violette Fleury, Arnoldi...). La comique populaire, Jeanne Bloch est la vedette de l'établissement de 1905 à 1909.

Un nouveau changement de direction provoque la faillite en 1910. De 1912 à 1914, la salle est un théâtre. L'Européen réouvre en 1915, retrouve sa vocation de café-concert, et devient vite, pendant la Première Guerre mondiale, une salle incontournable pour les vedettes : Fortugé, Alibert, Karl Ditan, Dufleuve, Georgius, Gaston Ouvrard, Montéhus, Andrée Turcy, Emma Liébel, ou Gaby Montbreuse. En 1922, Alcide Castille prend la direction de l'Européen (jusqu'à sa mort en 1958), entreprend des travaux d'aménagement, complétés en 1950, et inaugure une longue période de programmes dans la tradition du music-hall. 

Durant l'entre-deux-guerre, les deux vedettes de l'Européen sont Alibert et Georgius qui s'y produisent plusieurs fois par an. On y voit aussi, entre autres, Lys Gauty (1924), Fernandel et Andrex (1929), Jean Lumière (1930), Gilles et Julien, Suzy Solidor (1933), Réda Caire, Mireille, Charles et Johnny, Marianne Oswald (1934), Pills et Tabet, Edith Piaf, Germaine Sablon, Elyanne Célis (1936), Jean Tranchant (1937), Georgette Plana, Rina Ketty (1938), Lucienne Delyle (1939), Renée Lebas, Léo Marjane, Marie Bizet (1940). A côté de ces nouveaux noms, les derniers représentants du caf' conc' font également la renommée de l'Européen : Mayol, Dalbret, Ouvrard fils, Fréhel, Damia, Montel, Bérard, Marjal, Emma Liébel, Carmen Vildez, Perchicot...

Fermée durant l'été 1940, la salle reprend sa programmation dès le 18 octobre avec Léo Marjane et Fréhel. Suivent Julien Carette, Damia, Saint-Granier, Noël-Noël (1940), André Dassary, Clément Duhour, Henri Garat, Le chanteur sans nom, René Dorin, André Pasdoc, André Claveau, Annette Lajon (1941), Paul Meurisse, Fréhel, Lucienne Delyle, Maurice Baquet, les Fratellini, Lina Margy (1942), Jacques Pills, Marcelle Bordas, Robert Rocca, Roland Gerbeau, Georges Guétary, Francis Blanche, Andrex (1943), Yves Montand, Lucienne Boyer (1944), Jacqueline François, Pierre Dac, Georges Ulmer, Yvette Horner (1945), Bourvil, Irène de Trébert (1946), Francis Lemarque, Line Renaud (1948). 

L'Européen se consacre ensuite à l'opérette avec "Baratin" jouée à partir du 25 mars 1949, avec Roger Nicolas sur une musique d'Henri Betti. Elle remporte un énorme succès avec plus de 1000 représentations. Durant l'été 1950, de nombreux travaux sont entrepris : agrandissement de la salle, changement du plateau, suppression de l'ancienne fosse d'orchestre, construction d'un nouvel hall d'accueil. Les représentations de "Baratin" reprennent ensuite jusqu'à la dernière, le 23 juin 1952. La salle poursuit avec succès une programmation d'opérettes entrecoupée parfois de quelques récitals comme celui de Charles Trenet en juin 1954. Alcide Castille décède le 13 octobre 1958. Son fils prend sa succession. 

De décembre 1964 à 1970, l'Européen rebaptisé Vaudeville se tourne vers le théâtre. La pièce "Quand épousez-vous ma femme ?" avec Michel Serrault, Jean-Pierre Darras et Maria Pacôme obtient un énorme succès (560 représentations). Fermé le 8 janvier 1973, l'Européen connaît ensuite plusieurs tentatives peu concluantes de redémarrage. En 1976, la balcon, le parterre et la scène sont abbatus. L'ancienne salle est divisée dans le sens de la hauteur en deux parties bien distinctes : au rez-de-chaussée le hall d'entrée de 1950 est conservé, l'ancien parterre devient un vaste hall. A l'étage, au niveau de l'ancien balcon, une nouvelle salle ronde d'une capacité de 500 places est aménagée. Paquita Claude, nouvelle directrice, inaugure le lieu sous le nom de Théâtre en Rond de Paris le 22 mars 1977. L'aventure dure sept années avec le succès en 1979 de Sylvie Joly et les passages en 1980 de Jean Guidoni et en 1981 de Maurice Baquet.

Au cours des années 1980, le lieu retrouve son nom et une programmation qui mêle désormais chanson (Maxime Le Forestier, Jeanne Cherhal, Sanseverino, Hubert Mounier, Blanchard, La Grande Sophie, Dalcan, Julien Clerc, BabX, Art Mengo, Brigitte, Vincent Delerm, Belle du Berry et David Lewis, Jérémie Kisling, Anne Sylvestre, Robert Charlebois, Areski...), humoristes (Jean-Jacques Vanier, Julie Ferrier, Stéphane Guillon...) et conteurs (Fred Pellerin...).

 

Ci-dessous : Damia à L’Européen
(extrait d'article paru dans "Comédia" le 25 février 1924)


 

 

EN VIDEO :

Allain Leprest à L'Européen
Locale Paris - 14/10/1998 :

 

Crédits des chansons à écouter ci-dessous :

Amours fragiles par Fragson (A.Trebitsch/H.Fragson), EPM, Maurel, 1905 // Le grand frisé par Damia (Emile Ronn/Léo Daniderff), Frémeaux & Associés, Méridian/Beuscher, 1930 // Le Petit pensionnaire par Charles et Johnny (Charles Trenet), Frémeaux & Associés, Raoul Breton, 1935 // Compagnons, dormez-vous ? par Annette Lajon (François Llenas/Maurice Tézé), Chansophone, Selmer/Méridian, 1942


EXTRAITS AUDIO :
 

CARTE :

Javascript is required to view this map.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM