Piaf L'Être intime

Mots clés :

18/04/2013

Le 18 avril, Clotilde Courau et Le Hall présentent PIAF L'Être intime, une création à partir d’une correspondance intime de Piaf, dans notre tout nouveau lieu à la Villette.


Une Création de et avec Clotilde Courau
Mise en musique Lionel Suarez
Direction artistique Serge Hureau pour Le Hall

Représentation à 20h30
Au Hall de la chanson, Pavillon du Charolais (derrière la Grande Halle), Parc de la Villette, 211 avenue Jean-Jaurès (M° Porte de Pantin).

 
Billets à tarif réduit
Tarif réduit 18 € / au Hall de la Chanson, sur présentation d'un justificatif original :
Personnes de moins de 26 ans, demandeurs d'emploi, personnes handicapées, groupe de plus de 10 personnes sur réservation.
Tarif super réduit 10€ / au Hall de la Chanson, sur présentation d'un justificatif original :
Personnes bénéficiaires du RSA, personnes bénéficiaires du minimum vieillesse, personnes de moins de 16 ans.

En interprétant onze lettres envoyées par Edith à Tony, son amant d'un mois, Clotilde Courau nous emmène au-delà du personnage de Piaf vers la femme aimante et si libre qu'elle fut.

« Piaf croit en la vertu consolante de l'amour et en cette année où elle vient de perdre son grand amour Marcel Cerdan, elle demande à un homme de l'aider à faire son deuil.

Au fil de mots simples et justes se révèle une Edith attentive jusqu'à en être maternelle parlant, inquiète, des petites maladies des enfants du boxeur disparu, de la santé de sa propre sœur ou de la fille de son amant. Encourageante parce que courageuse elle-même dans sa carrière qu'elle mène à l'arrachée, elle donne des conseils à Tony, conseils pour le travail, conseils pour l'amour. Et en ce domaine si elle se montre si sensuelle et libre de son corps, elle se déclare éprise de la beauté des âmes et inspirée d'un amour qui donne des ailes pour s'élever au-delà des médiocrités du quotidien.

Jamais on a eu tel accès à une Piaf aussi familière, une Piaf racontée par elle-même, sans roman ni légende, grâce au regard et à la voix inspirés de Clotilde Courau qui porte ce spectacle comme une véritable urgence, cultivant plus d'un point commun avec la chanteuse au nom d'oiseau. Sans doute son talent de comédienne de cinéma et son sens musical, souligné ici par un accordéoniste, la rendent-ils experte en matière de lumière et de grain de voix.

Clotilde Courau fait ainsi vibrer en elle une autre voix, celle d'une femme qui sut faire se côtoyer sa liberté de femme et la petite croix qu'elle portait au cou, la joie de vivre et le noir de sa célèbre petite robe de scène. »

Serge Hureau
 

CONTINUEZ AVEC :

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM